Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Premiers déploiements du nouveau EBMD (european ballistic missile defense)

Washington, malgré l'accroissement de ses charges budgétaires, n'a en rien renoncé à son généreux projet: défendre l'Europe contre des attaques de missiles balistiques.

 La menace, selon un certain John Plumb, directeur du programme de défense anti-missiles du Pentagone, se renforce continuellement du fait de l'accroissement des capacités iraniennes en la matière. Or l'Europe, ou bien ne prend pas ces menaces au sérieux, ou bien n'a pas l'intention de développer des systèmes EBMD en propre. Il faut donc bien que les Etats-Unis veillent  son salut.

Cela, comme  ne le dit pas John Plumb, permettra aussi à l'Amérique de déployer dans les eaux européennes d'abord, sur terre ensuite, les lanceurs appropriés. Plumb ne le dit pas davantage, mais cette générosité américaine permettra aussi de continuer à « plomber », si vous nous autorisez cette facilité de langage, le budget du DOD et de l'Otan au profit du lobby militaire américain.

Dans un premier temps, ce sera le USS Monterey qui sous la responsabilité du US European Command patrouillera 6 mois dans les eaux européenne pour une série d'essais et de démonstrations. Il est équipé du système Aegis permettant (en principe) de détecter, suivre et détruire des missiles en vol. La technologie sera ultérieurement enrichie, avant 2015 ou un site d'interception en Roumanie sera installé, doté de Standard Missile-3 IB, ou SM-3 IB en cours de développement. De nouvelles versions plus performantes suivront .

Obama a approuvé ce plan, ainsi que l'Otan. On les comprend. On comprend moins la  poursuite de l'inertie européenne sur ces questions de défense. Devoir dépendre des Etats-Unis pour mettre en place la zone d'exclusion aérienne envisagée actuellement par la France et la Grande Bretagne au dessus de la Libye n'est pas possible sans l'Amérique. La présence de la 6e flotte en Méditerranée et dans le Golfe Persique enlève toute indépendance aux Européens dans leurs relations avec les pays arabes, surtout dans la perspective d'une détérioration généralisée de la situation. Nous ne devrons pas nous plaindre ensuite si l'Europe devient plus que jamais une chasse gardée américaine.

On pourrait aller plus loin, en suspectant le renseignement US d'avoir contribué ces derniers mois au développement d'un mouvement populaire de libération des peuples, permettant à cette occasion d'affaiblir les intérêts européens en place depuis des décennies dans ces zones.
10/03/2011
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire