Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

JSF. Restructuration ou mort annoncée ?

Le DoD (US Department of Defense) vient sous l'autorité du Decrétaire à la Défense Robert Gates d'officialiser une restructuration du programme de réalisation du Joint Strike Fighter (JSF) développé par Lockheed Martin depuis de nombreuses années déjà.

Il convient de tenir compte des multiples difficultés techniques rencontrées et des nombreux dérapages dans les coûts et les délais. On sait que par le programme JSF le DoD comptait assécher les perspectives de développement de tous autres avions de combat, au moins dans le monde occidental. Divers pays européens ou alliés, telle l'Australie, s'étaient inscrits comme acquéreurs.

La restructuration se traduira par un allongement de la phase de conception et développement ( System Design and Development phase ) et la réduction des cadences de production. Le Pentagone a promis de prendre en charge les coûts résultant des nouveaux travaux et tests. Mais les acheteurs finaux devront assumer des hausses dans les coûts unitaires de production dont nul ne mesure encore l'importance.

Le programme JSF porte sur 3 versions différentes de l'appareil:
- un avion conventionnel dit F-35A Conventional Take Off and Landing (CTOL)
- un avion à décollage vertical, le F-35B Short Take Off and Vertical Landing (STOVL)
- un appareil embarqué pour la Marine, le F-35C Carrier Variant (CV).

Actuellement l'US Air Force et l'Australie envisagent l'acquisition de la version CTOL. Aucune précision n'est pour le moment disponible concernant les performances et les délais de mise en service des autres versions. Concernant le CTOL les premières livraisons, initialement prévues pour 2009, n'auront pas lieu avant 2014. L'intégration des systèmes d'armes et les essais repousseront la mise en service au mieux en 2018. Have a Drink.

Pour Philippe Grasset, qui depuis le début s'est fait sur le site DeDefensa l'historiographe de la « narrative » JSF, ces retards successifs marquent l'échec sinon l'effondrement d'un des plus grands « enfumages » (le terme est de nous) imposés par le Pentagone et le Military Industrial Complex au reste du monde (et au contribuable américain). Une des victimes les plus marquantes en est et demeure le Rafale français...et les forces aériennes qui dans le monde, sous la pression américaine (voir à ce sujet des câbles diplomatiques publiés par WikiLeaks) n'ont pas osé en faire l'acquisition.

On sait qu'aujourd'hui la Russie et, à un stade moins avancé, la Chine disposent d'avions de combats furtifs qui seront sans doute disponibles plus tôt et à moindre coûts. Pour la Chine, il s'agit d'un protoype dit J-20, développé conjointement avec un nouveau système de missiles balistiques et un nouveau porte-aéronef. Robert Gates, en visite à Pékin à la date où nous écrivons cette brève, s'en inquiète officiellement. Mais les négociations avec les Chinois pour éviter une course aux armements paraissent difficiles compte-tenu des milliards de dollars de livraison d'armes consentis récemment à Taïwan par les Etats-Unis. Pour le plus grand profit du MIC...







11/01/2011
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire