Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

L'Europe marche sur la tête quand il s'agit du remboursement de la dette des Etats

La Chine vient de proposer à la Grèce de lui prêter de l'argent pour l'aider à rembourser sa dette souveraine, au cas où elle ne pourrait pas faire face à certaines échéances. Les uns s'extasient: quelle générosité! Les autres appellent à la vigilance: Timeo Danaos et dona ferentes. Je crains les Chinois, surtout lorsqu'ils apportent des cadeaux. Effectivement, la Chine n'a pas tardé à demander des contreparties, telles que des facilités d'importation ou l'ouverture du capital de certaines entreprises.

Dans cette situation, le Premier ministre grec a été laissé seul par ses collègues face à la Chine. Personne n'a suggéré que, quitte à créer de la monnaie pour aider la Grèce – ce à quoi correspondait exactement, sinon dans la forme, du moins dans le fond, l'offre chinoise, il aurait été plus pertinent  de demander à la Banque centrale européenne (BCE) de racheter, provisoirement ou durablement, les créances grecques en difficulté de remboursement. Ceci sans d'ailleurs imposer de contreparties économiques ou industrielles à la dite Grèce, qui n'en peut mais.

Lors de la crise grecque précédente, c'est un peu ce qu'avait suggéré, sauf erreur, le président de la BCE.  Il avait du battre en retraite devant les cris vertueux de certains gouvernements que nous ne citerons pas ici pour ne pas envenimer les relations inter-étatiques.

Pourtant, au moment où se réunissait en début de semaine la conférence Europe-Asie, les gouvernements européens et l'Union elle-même aurait du garder cette possibilité en tête afin de ne pas céder aux conseils de rigueur bien intentionnés émanant de nos « amis asiatiques ».  Si la BCE rachetait des dettes souveraines européennes, l'euro perdrait peut-être un peu de son excellente – et catastrophique - bonne tenue. Mais à l'heure de la généralisation des dévaluations compétitives, cela serait plutôt une bonne nouvelle.
07/10/2010
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire