Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Lady Ashton, la non diplomatie européenne

Les Etats européens, pour des raisons bonnes ou mauvaises, se gardent d'intervenir dans le blocage grandissant s'instaurant dans les négociations Israël-Palestine sous la tutelle de Barack Obama. Ce n'est pas le cas cependant de Lady Ashton, Haute représentante. Il est vrai que celle-ci serait intervenue sur mandat de Hillary Clinton.

Si l'on en croit l'article de notre excellent confrère Dedefensa (http://www.dedefensa.org/article-ashton_en_mission_pour_hillary_04_10_2010.html) dont nous citons ici quelques extraits  :  "Lady Ashton, chef de la diplomatie de l'UE, s'est retrouvée à la fin de la semaine dernière au Moyen-Orient, et précisément en Israël, pour une tournée diplomatique inattendue qui a bouleversé son agenda....Il était  apparu ces dernières semaines que des contacts chaleureux et suivis ont été établis entre la Secrétaire d'Etat et la “ministre des affaires étrangères” de l'UE, à l'initiative essentiellement de la première. On se téléphone, on papote, etc. Il est probable qu'après plusieurs mois d'étude, les services du département d'Etat ont réussi à déterminer que Lady Ashton était effectivement dans une position où elle était chargée de la conduite de la politique extérieure de l'Union et, qu'à ce titre, elle occupait une place particulièrement intéressante pour les USA, tout en se faisant beaucoup d'illusions sur ses pouvoirs...

Il semblerait que Hillary Clinton voudrait voir Ashton jouer un rôle d'auxiliaire de la politique américaine  notamment en ce moment crucial, notamment pour l'administration Obama, des négociations entre Israël et les Palestiniens...

Lady Ashton est donc partie en mission au Moyen-Orient sous le parrainage et selon les suggestions de la secrétaire d'Etat, alors qu'elle se contentait jusqu'ici de “missions” remarquables par leur absence totale d'intérêt. Selon une source « Il est maintenant bien établi qu'avec Lady Ashton, la diplomatie européenne est une non-diplomatie. Les Britanniques y veillent parce qu'ils tirent à vue sur tout ce qui ressemble à une politique européenne commune, et les autres grands pays ne font pas grand'chose pour s'opposer à cela parce qu'ils ont leurs propres intérêts...»

Ce schéma vaudrait encore plus pour le Moyen-Orient, dans  lequel tous les grands pays ont effectivement leur propre diplomatie et n'entendent rien en céder à l'Union européenne. Seuls quelques petits pays de l'UE, qui voudraient une politique étrangère commune sérieuse, dans laquelle devrait figurer le Moyen-Orient qui a été défini comme une zone d'action commune, se désoleront de cet état de fait et, aussi, de ce voyage, qui, dans ces conditions, ne conduira qu'à discréditer un peu plus la position et l'influence de Lady Ashton » .


Tout cela paraît exact mais n'en est pas moins affligeant.
04/10/2010
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire