Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Barack Obama attise la guerre des civilisations

Barack Obama est en train de souffler fortement sur le feu d'une « guerre des civilisations » entre le monde islamique et le reste du monde, que les gens de bon sens voudraient cependant éviter. Ceci parce qu'il se révèle impuissant à maîtriser les dérives du système de pouvoir américain.

1. D'une part, dans la suite de son discours du Caire dans lequel il avait expliqué aux Musulmans que l'Amérique n'avait pas l'intention de leur faire la guerre, il vient d'annoncer que l'Amérique, en sa personne, ne voyait aucun inconvénient à l'érection d'une mosquée de 200m à 200m de « Ground zero ». Mais devant la réaction justifiée d'une majorité d'Américains (pourquoi précisément là et pas ailleurs, sinon pour braver ouvertement l'Amérique ?) il a fait machine arrière hier 14 août en prenant un bain en Floride: « non, il avait seulement dit que l'Amérique se voulait une terre d'accueil pour toutes les religions...Quant à la mosquée à New York, il laissait les autorités locales se prononcer... ». Ce disant  il ne se réconciliera pas avec ses électeurs et il donnera un nouvel argument aux musulmans américains qui s'engagent de plus en plus nombreux dans le djihad.

2. Mais d'autre part, deuxième point beaucoup plus grave, il apparaît qu'il couvre de plus en plus les opérations secrètes dite « anti-al Quaïda » menée dans une dizaines de pays du Proche et Moyen Orient, ainsi que dans le Maghreb et dans le Sahara. Un article détaillé, référencé  ci-dessous, du New York Times, doit absolument être lu. Ce journal pourtant bien modéré habituellement laisse percer une grande inquiétude relativement à la façon dont (avec l'approbation de Barack Obama) des opérations covert sont menées dans ces pays par la CIA et des compagnies privées de sécurité, en dehors même de l'US Army et de la diplomatie officielle. Ces opérations multiplient les morts collatérales, mettent en difficulté les dirigeants en place, suscitent d'incessantes opérations de représailles et favorisent les recrutement de combattants de la foi pressés de jouer les martyrs, dans les pays concernés, en Europe et aux Etats-Unis mêmes.

Il ne s'agit plus là de jouer avec le feu, mais de mettre véritablement le feu à une grande partie du monde. Les pays européens sont souvent impliqués dans de telles opérations. Même ceux qui ne le sont pas en subiront inévitablement les retombées, sous forme de la radicalisation de leurs populations musulmanes.

On objectera que ce n'est pas Obama qui décide d'opérations à base de drones et d'attentats aveugles. Or précisément les auteurs de l'article lui en imputent directement la responsabilité.  En tant que président, il aurait cautionné la politique dite « d'éradication d'Al Quaïda au scalpel»,  bien moins coûteuse budgétairement que les grandes guerres sur le modèle de celles conduites en Irak et en Afghanistan. Or tout semble démontrer au contraire que si le lobby militaro-pétrolier américain voulait rester maître du Moyen-Orient, ces interventions au scalpel seraient aussi dévastatrices et finalement inefficaces et coûteuses que des guerres où se déversent sans résultats des centaines de milliards de dollars.


15/08/2010
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire