Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Pétrole dans le delta. Mais de quel delta parlez-vous ?

La presse internationale découvre que le delta du Niger est abondamment plus pollué que le golfe du Mexique

Il fallait la pollution au large des côtes américaines, et tout le mouvement d'opinion qui l'accompagne, pour que la presse internationale (en fait quelques rares journaux) redécouvre que ce phénomène est devenu depuis presque 50 ans endémique dans le delta du Niger (Nigeria). Il met en cause des quantités de pétrole bien supérieures, réparties dans des zones humides tout aussi sensibles, et avec des dégâts écologiques bien plus grands. La seule différence est que la population locale y est par milliers de personnes engluée et que nul ne s'en préoccupe.

D'après les estimations actuelles, la quantité de brut répandu et qui continue à se répandre dans le delta équivaut à un Exxon Valdez chaque année. Il y a quelques mois, un pipe appartenant à la Royal Dutch Shell s'est rompu et n'a été réparé qu'après deux mois. Il en fut de même d'un puits off shore appartenant à Exxon Mobil. Mais plus généralement les conduites et les équipements rouillés fuient à qui mieux mieux, sans que les compagnies n'engagent les dépenses nécessaires pour les réparer.

Elles se donnent l'excuse d'un terrorisme latent, mené par divers mouvements armés d'opposition. Mais lorsque ceux-ci deviennent dangereux pour les bénéfices des compagnies, ils sont repoussés. Quand leurs seules victimes sont les populations, ils ne gênent plus personne.

Les populations elle-mêmes n'ont aucun moyen de quitter les zones détruites par le pétrole. Les pécheurs continuent tant bien que mal à y pêcher, les femmes et enfants à patauger dans les nappes. ..quand les femmes ne sont pas violées par les gardes armés des compagnies.

La zone fournit 10% des importations de brut américaines. Il ne faut donc pas espérer que Barack Obama partira en guerre contre les compagnies exploitant le pétrole nigérien comme il l'a fait aux Etats-Unis. Les associations environnementalistes, faiblement soutenues par les Nations-Unies, peuvent bien tenter d'alerter l'opinion, rien ne se passe et rien dans l'avenir ne se passera. Le pétrole et les lobbies politico-industriels pétroliers représentent un cancer qui pourrit tout, à commencer par les Etats et populations qui ont le malheur de détenir des gisements.
(source New York Times)
19/06/2010
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire