Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

06/04/2021 Bientôt trop de missions sur la Lune

Les perspectives de missions lunaires sont nombreuses aujourd'hui et sont appelées à se développer dans les décennies qui viennent. Mais les ressources lunaires utiles aujourd'hui aux hommes sont rares. Des scientifiques s'inquiètent sur leur avenir. Il sera compromis si aucune régulation internationale n'est mise en place.

Depuis le 21 juillet 1969, dans le cadre de la mission Apollo 11 de la Nasa au cours de laquelle, pour la première fois, des hommes se sont posés sur la Lune, plus aucune expédition n'y est retournée. Mais ceci ne devrait plus durer. Les États-Unis et la Chine espèrent s'y poser en 2024, l'Inde, le Japon et la Russie ont des projets en préparation. La Lune devient  une destination importante pour les puissances spatiales partout dans le monde.

Ceci pose un problème: malgré ses quelques 38 millions de kilomètres carrés, la Lune ne dispose que d'une dizaine de sites vraiment intéressants pour les prochaines missions. Dans un document dont on trouvera ci-dessous les références et le résumé, des scientifiques américains et anglais mettent en garde contre les projets lunaires non coordonnés et leurs conséquences possibles sur les ressources locales.

Selon eux, malgré ses quelque 38 millions de kilomètres carrés, la Lune ne dispose que d'une dizaine de sites vraiment intéressants pour les prochaines missions. Il faudra absolument, si l'on voulait éviter des conflits voire des affrontements militaires sur le sol lunaire entre les puissances spatiales, qu'une autorité internationale reconnue s'efforce de mettre de l'ordre.

La surface lunaire est constituée de milliers d'impacts d'astéroides qui la rende inhabitable, sauf dans certaines rares régions. Parmi celles-ci se trouvent les bords du cratère Peary au Pôle Nord de la Lune, qui est presque toujours illuminé par le Soleil. Cette zone est surnommée « pic de lumière éternelle » et elle risque d'être particulièrement demandée pour toutes les missions reposant sur des technologies à énergie solaire.

Par ailleurs, certains sites sur la face cachée de la Lune permettront d'y poser un radiotélescope abrité des émissions de la Terre. Il pourra faire des recherches non perturbées par les émissions radio de la Terre, par exemple concernant des galaxies lointaines nées dans les premiers instants après le Big Bang, Mais ces sites exigent un diamètre libre de 200 kilomètres autour avec un sol relativement plat. Aujourd'hui, six localisations de ce type paraissent envisageables sur l'ensemble de la face obscure de la Lune.

Enfin, les Terres Rares, un groupe de 17 métaux difficiles à extraire sur Terre et très dispersées, se trouvent en grande quantité dans l'océan des Tempêtes, même si leur abondance exacte n'est pas connue. Il en est de même pour le thorium et l'uranium.  Leurs principaux gisements connus se trouvent dans une trentaine de zones de quelques dizaines de kilomètres carrés tout au plus, ce qui là aussi limite les possibilités.

Image: Face cachée de la Lune

Référence

Concentrated Lunar Resources: Imminent Implications for Governance and Justice

https://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/2103/2103.09045.pdf

Summary
The large number of lunar missions planned for the next decade are likely to target a handful of small sites of interest on the Moon's surface, creating risks of crowding and interference at these locations. The Moon presents finite and scarce areas presenting rare topography or concentrations of resources of special value. Locations of interest to science, notably for astronomy, include the Peaks of Eternal Light, the coldest of the cold traps, and smooth areas on the far-side. Regions richest in physical resources could be uniquely suited to settlement and commerce. Such sites of interest are both few and small. Typically, there are fewer than ten key sites of each type, each site spanning a few kilometers across. We survey the implications for different kinds of mission and find that the diverse actors pursuing incompatible ends at these sites could soon crowd and interfere with each other, leaving almost all actors worse off. Without proactive measures to prevent these outcomes, lunar actors are likely to experience significant losses of opportunity. We highlight the legal, policy, and ethical ramifications. Insights from research on comparable sites on Earth present a path toward managing lunar crowding and interference grounded in ethical and practical short- and medium-term considerations

06/04/2021
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire