Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

27/03/2021 Accord Iran-Chine, une grave défaite pour Washington

Les ministres iranien et chinois des Affaires étrangères ont conclu le 27 mars 2021 à Téhéran un accord de coopération stratégique et commerciale prévu pour durer 25 ans. Les détails n'en sont pas encore connus.

Mais d'ores et déjà il apparaît que cet accord sera considéré à Washington comme une nouvelle défaite des Etats-Unis, tant dans leurs efforts récents pour se rapprocher de la Chine que dans leur lutte contre l'Iran, présentée récemment par Donald Trump comme un adversaire beaucoup plus dangereux que la Russie, tant économiquement que militairement.

Cet accord, en discussion depuis plusieurs années. a été signé par le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, et son homologue chinois, Wang Yi, en visite à Téhéran. L'accord avait été finalisé par Wang Yi et Ali Larijani, conseiller du guide suprême iranien Ali Khamenei et représentant spécial de la République islamique d'Iran pour les relations stratégiques avec la République populaire de Chine.

La Chine est le premier partenaire commercial de la République islamique d'Iran et était l'un des principaux acheteurs de brut iranien avant le rétablissement des sanctions américaines contre le secteur énergétique iranien en 2018, qui ont fait chuter les exportations pétrolières de Téhéran.

Selon Mohammad Javad Zarif l'accord signé est une «feuille de route complète», comportant des «clauses politiques, stratégiques et économiques» pour «25 ans de coopération» entre l'Iran et la Chine. Pour Pékin, il s'inscrit dans  vaste projet d'infrastructures lancé avec plus de 130 pays et dit des Nouvelles Routes de la Soie. On rappelera qu'en conséquences des « sanctions »   américaines contre l'Iran, motivées par sa volonté de se doter d'armements nucléaires et d'un programme spatial, le volume des échanges commerciaux entre Pékin et Téhéran était tombé à environ 16 milliards de dollars en 2020, contre 51,8 milliards de dollars en 2014.

 Le rapprochement de Téhéran avec Pékin survient dans un climat de défiance renforcée de l'Iran vis-à-vis de l'Ouest et notamment vis-à-vis des Européens incapables d'aider la République islamique à contourner les sanctions américaines. Ce sera une mauvaises nouvelles pour les entreprises européennes et notamment françaises qui espéraient améliorer leurs relations commerciales avec l'Iran.

27/03/2021
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire