Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

11/01/2021 La Grande muraille verte au Sahel

Ce terme de Grande muraille verte au Sahel désigne une initiative africaine pour lutter contre la désertification du Sahel. La France très impliquée dans toute cette région soutient de différentes façons la démarche

Le Sommet de la finance verte pour la biodiversité One Summit Planet Biodiversity https://www.oneplanetsummit.fr/actualites-17, vient de se réunir à Paris pour en discuter les modalités. Cette réunion vise à obtenir dix milliards de dollars pour les cinq prochaines années.

La grande muraille verte au Sahel s'efforce de faire face à la désertification du Sahel. Elle a pour but de restaurer les terres, créer des emplois et générer des revenus aux 135 millions de personnes, provenant des onze pays africains qu'elle traverse  L'initiative, lancée par l'Union africaine en 2007, couvre une bande de 8 000 km de long sur quinze de large, de la côte Atlantique de l'Afrique de l'Ouest à la mer Rouge, à l'Est. C'est la région du monde la plus touchée par la dégradation des terres et à la pauvreté des populations, découlant de sécheresses de plus en plus longues du fait du changement climatique

A ce jour, seuls 4 % des terres de la zone concernée ont été restaurés en vingt ans, selon un rapport des Nations unies publié en septembre 2020. Cependant 20 millions d'hectares ont replantés et irrigués, plus de 350 000 emplois créés et environ 90 millions de dollars (74 millions d'euros) générés sur la période 2007-2018. Les premiers investissement de la grande muraille ont déjà contribué à réduire la pauvreté rurale grâce aux produits agro-pastoraux et forestiers durables.

Mais pour faire plus, il faudrait plus de ressources. les différents projets de la Grande muraille n'ont reçu que 870 millions de dollars de financements étrangers, sur la décennie 2000-2020. Les onze pays africains ont déclaré avoir injecté eux-mêmes 53 millions.

Pour atteindre l'objectif de restauration de 100 millions d'hectares de terres à l'horizon 2030, les États membres de l'initiative doivent restaurer 8,2  millions d'ha par an. Un budget annuel de 4,3 milliards de dollars serait nécessaire, selon les estimations de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification.

Le manque de stabilité politique de la région est un frein. Les législations environnementales manquent, ou ne sont pas appliquées et prioritaires. Pour parler plus simplement, une large part des ressources est pillée par de multiples intermédiaires.

Par ailleurs, l'Organisation islamique au Sahel a prévenu qu'elle multipliera les attentats contre la Grande muraille, considérée comme impie car visant à modifier ce qu'a décidé Allah. 

A lire aussi https://blogs.mediapart.fr/maxime-combes/blog/110121/oneplanetsummit-proteger-la-biodiversite-ou-brancher-la-finance-sur-la-nature

11/01/2021
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire