Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Drame à Smolensk

L'avion dans lequel se trouvait le président polonais Lech Kaczynski s'est écrasé à l'atterrissage, samedi à l'aéroport de Smolensk, dans l'ouest de la Russie.

Selon un bilan rectifié du ministère russe des situations d'urgence, 96 personnes, dont 88 membres de la délégation polonaise qui se rendaient à Katyn, ont péri dans l'accident. Comment ne pas ressentir une sorte de déférence quasi religieuse devant une tragédie digne de l'antique, dont les portées symboliques sont immenses: une nouvelle fois, au même endroit, les élites polonaises sont décapitées. La responsabilité des Russes et des Allemands ne peut être évoquée, en toute rationalité. Mais les subconscients vont nécessairement faire le rapprochement.

On pourra également voir dans cette accident la disparition d'une vieille Pologne braquée sur de vieilles rancunes, face à la nouvelle Pologne incarnée par le Premier ministre Donald Tusk. Cette vieille Pologne qui durant des décennies a semblé se jeter tête baissée dans les difficultés. Comment ne pas méditer en effet sur le fait que l'équipage se soit obstiné à atterrir alors que les contrôleurs aériens voulaient le détourner sur un aéroport moins embrumé ? Pourquoi avoir conservé comme appareil officiel un Tupolev hors d'âge malgré tous les conseils des experts?  Méditer aussi sur le fait que rien ne serait arrivé si le président Kaczynski avait accepté de participer la veille à la commémoration conjointe avec les Russes.

Toutes ces considérations sont irrationnelles et sans portée pratique. Comment éviter cependant qu'elles ne viennent à l'esprit, et pourquoi renoncer à les évoquer ici, tout en se joignant, bien entendu, au deuil de la Pologne.
10/04/2010
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Réconciliation russo-polonaire
13/04/2010 11:55:31 | Par : Philippe Grasset
Les Russes ont tout fait pour que l'événement tragique, plutôt qu'éloigner la Russie et la Pologne, au contraire rapproche les deux pays. Jaroslaw Kurski, rédacteur en chef adjoint de Gazeta Wyborcza, observe ce matin, 12 avril 2010, dans le Guardian, que la réaction des Russes à la catastrophe de Smolensk rend possible une réconciliation russo-polonaise solennelle, à l'égal de celle de la France et de l'Allemagne avec de Gaulle et Adenauer. Il semble que la nouvelle Pologne, que vous évoquez, ait bien compris cela
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire