Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Accord commercial entre l'Union européenne et la Chine

L'accord commercial conclu par les responsables de l'Union européenne (UE) avec le président chinois Xi Jinping le 30 décembre a considérablement accru les tensions entre l'UE et les États-Unis.

L'accord a été conclu alors que Joe Biden s'apprête à prendre ses fonctions à Washington. Il avait appelé à construire un "bloc de démocraties" incluant l'UE pour affronter la Russie et la Chine. Cet accord est un échec pour Washington et les multinationales financières de Wall Street pour qui l'Europe a toujours été considérée comme incapable de s'affranchir du poids politique et économique des Etats-Unis. C'est également une grande victoire pour le président Li Jinping qui démontre ainsi au monde que la Chine n'est plus enfermée dans ses relations avec la Russie et l'Inde.

Dans cet accord, l'EU et la Chine seront toutes les deux gagnantes. L'UE pourra plus facilement accéder, si elle s'en montre capable, au marché chinois dont les besoins sont considérables. Réciproquement, la Chine pourra avec moins de difficultés conclure des accords scientifiques et technologiques avec les Etats européen, dans la perspective notamment de ce que l'on nomme la conquête de l'espace.

Il est probable par ailleurs que ce qu'il faut bien appeler une crise politique et diplomatique profonde des Etats-Unis, sous la présidence de Donald Trump, crise qui paraît devoir s'amplifier sous la présidence de Joe Biden, pousse l'UE à rechercher des partenaires plus fiables. Or sur ce point Li Jinping a toujours pris soin de ménager politiquement ses bonnes relations avec les Européens. Il n'y est pas perçu comme il l'est aux Etats-Unis comme le premier adversaire politique voire militaire de l'Occident. ,

L'UE et Pékin discutaient de cet accord depuis 2012, sans guère avancer. Mais après les élections américaines de novembre, il est apparu qu'un accord avec la Chine s'imposait désormais. Cela a été conclu en seulement deux semaines grâce à une forte implication personnelle de la chancelière allemande Angela Merkel, assistée par son ancienne secrétaire à la Défense, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et par le président français Emmanuel Macron.

L'accord permet aux industries européennes de l'automobile, des transports, des matériels médicaux, de l'énergie et de la finance un accès plus facile aux marchés chinois. Il limite également la capacité des entreprises publiques chinoises à concurrencer les entreprises européennes. La Chine s'est engagée notamment à ratifier les conventions de l'Organisation Internationale du Travail sur le travail forcé. 

L'accord est mal reçu par certains Etats européens tels que la Pologne ainsi que dans beaucoup de partis politiques européens se situant dans l'opposition. Par contre, la presse d'État chinoise a émis l'espoir que l'accord diminuera progressivement les tensions, limitera les menaces américaines contre la Chine et assurerait un avenir pacifique au capitalisme internationaliste mondial, dont Pékin s'est fait le champion.

06/01/2021
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire