Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

La fureur de la droite américaine

Le vote du système de santé par le Congrès a été l'occasion d'un déchaînement à peine croyable de violence provenant de la droite américaine, dont l'Europe, mis à part quelques groupes néo-nazis, semble encore un peu protégée.

La droite américaine comprend  le parti conservateur (GOP) et une majorité des sympathisants du nouveau Tea party. Elle regroupe aussi des myriades d'organisations hétéroclites répandues dans tous les Etats et pas seulement dans ceux du Nord-Est. Il s'agit de défenseurs des libertés locales contre les emprises supposés du gouvernement fédéral, de militants religieux divers, d'associations luttant contre l'avortement et pour le droit de porter des armes...Mais il s'agit aussi de mouvements de défense des minorités blanches et protestantes s'en prenant à la montée en puissance des Noirs, Latinos-américains et Asiatiques dans la société américaine. Pour eux, Barack Obama est le symbole d'une subversion démographique contre laquelle ils veulent lutter y compris par la violence.


En effet derrière ces mouvements se trouve la peur de se voir progressivement chassé du territoire américain par la montée des minorités, en passe de devenir des majorités. Un recensement récent (voir la note ci-dessous) montre que désormais le nombre des naissances provenant des minorités dépasse celui des Blancs (les statistiques américaines acceptent la catégorisation raciale ou ethnique). Un chroniqueur noir du New York Times, Charles M. Blow (cf http://www.nytimes.com/2010/03/27/opinion/27blow.html?sudsredirect=true ) s'en réjouit ouvertement, en annonçant pratiquement aux Blancs qu'ils doivent se faire à l'idée que le pays ne leur appartient plus. Il s'adresse aux membres du parti conservateur, mais le message peut être compris par tous les Blancs.

Si la radicalisation des antagonismes raciaux et de fortune se poursuit en prenant des formes de plus en plus violentes, l'avenir des Etats-Unis en tant que super-puissance en serait sans doute très affecté. Quant à Barack Obama, il perdra encore plus de poids politique, apparaissant aux yeux d'un nombre croissant d'électeurs comme le champion des ennemis de la vieille Amérique. Il serait déjà considéré par une petite majorité de citoyens comme un musulman dissimulé, un non américain (parce que né à l'étranger) et qui plus est, pour 30% des sondés, comme l'Antéchrist.

Ce n'est pas pour autant qu'il faudrait, pour réagir contre cela,  abandonner toute dignité dans l'affichage d'une « amitié » avec lui, comme vient de le faire Nicolas Sarkozy, si fier d'avoir été invité dans la salle à manger privée du couple Obama.



01/04/2010
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Ce pays n'est plus le vôtre
01/04/2010 15:56:29 | Par : Bartel
Ce que dit le nommé Blow aux américains blancs n'est-il pas ce que disent tous les jours aux "faces de craie" ou "crayeux" français un certain nombre de blogs que je ne citerai pas.
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire