Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

L'inattendue remontée des travaillistes britanniques

Alors que les média et le Labour lui-même estimaient que les prochaines élections législatives en Grande Bretagne ( courant mai 2010 ? ) redonneraient la majorité aux conservateurs, de récents sondages mettent ceux-ci à égalité avec les travaillistes.

Il est vrai que le tiers-parti, celui des libéraux, verrait également sa cote monter.  Beaucoup d'observateurs redoutent que si ces prédictions se réalisaient, le futur gouvernement soit nécessairement de coalition et par conséquent plus ou moins paralysé face à la crise qui ne cesse de grandir. D'où des rumeurs de spéculation contre la Livre.

Sans être méchants vis-à-vis de nos sympathiques voisins, nous pourrions penser qu'il s'agirait là d'un juste retour des choses: la main qui avait nourri le serpent de la spéculation financière mordue par ce même serpent, si vous nous permettez cette belle image. Faut-il en déduire que les Britanniques rejoindraient le noyau dur européen des Etats membres de l'euro, ou plus simplement celui des Etats partisans (combien modestes) d'un peu plus de régulation et d'un peu plus d'investissements publics. Ceci ne serait guère probable. Si Gordon Brown se pare maintenant du titre de grand nationalisateur des banques et d'intrépide défenseur de la moralisation du secteur, on peut douter de sa capacité à rompre vraiment avec la politique de la City, laquelle restera elle-même très liée à celle de Wall Street.

Quant à la façon dont se situeront à cet égard les partis conservateur et libéraux, bien malin qui pourra le dire. Certains assimilent (sans doute à tort d'ailleurs) la remontée des libéraux à la montée  du Tea Party aux Etats-Unis, montée fondée sur un populisme sans programme. Il est regrettable qu'une véritable gauche britannique ne puisse émerger, capable de participer à une réforme de gauche des politiques européennes, laquelle ne serait pas seulement un paravent pour dissimuler la défense des intérêts financiers anglo-saxons. Il serait hasardeux de faire confiance à Gordon Brown pour ce faire.
10/03/2010
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Vivement un clash avec la GB
10/03/2010 15:25:35 | Par : jfl
Personnellement, je regrette cette remontée des travaillistes, non pas parce qu'il s'agit d'une remontée de la gauche ( encore que Tony Blair, voire Gordon Brown, n'ont pas grand chose de commun avec les socialistes purs et durs à la française...), mais parce que les conservateurs, s'ils accédaient au pouvoir, franchiraient peut-être le Rubicon en ce qui concerne la position britannique au sein de l'UE , voire une remise en cause de l'appartenance à l'UE.
A mon humble avis, il sera impossible d'avancer vers l'Europe puissance indépendante et souveraine dont nous rêvons tant que la Grande-Bretagne en fera partie. Je souhaite donc qu'il y ait un véritable clash avec un Royaume -Uni, qui constitue le facteur majeur de freinage dans la construction européenne
L'attitude de Catherine Ashton, scandaleusement sous controle de Londres, n'en est qu'une démonstration parmi d'autres...
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire