Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Injures d'Erdogan contre Emmanuel Macron. Le honteux silence d'Angela Merkel

Lorsque le turc Erdogan a osé deux fois de suite conseiller à Emmanuel Macron de se faire soigner pour troubles mentaux, c'était la nation française toute entière qu'il insultait. On aurait pu attendre des autres chefs d'Etat européen, à commencer par Angela Merkel, qu'ils protestent énergiquement à leur tour.

Or au soir du 25 octobre, aucun ne l'a fait. Emmanuel Macron se retrouve seul en Europe à combattre l'islamisme turc.

Faut-il s'en scandaliser ? Certes. Mais faut-il être surpris ? Sans doute pas lorsque l'on constate l'imbrication des intérêts turcs et ceux des entreprises européennes, notamment allemandes. Les travailleurs importés de Turquie sont en passe d'y être plus nombreux que les Allemands d'origine. Ils ont l'avantage pour le patronat allemand de n'avoir que peu d'exigences en matière salariale et de droits sociaux. Mais au plan politique, ils sont très agressifs, exigeant que Berlin soit de plus en plus tolérant avec les mouvements islamo-turcs qui revendiquent un rôle politique croissant tant en Allemagne qu'au sein de l'Union européenne.

Les Turcs résidant en Allemagne rejoindront ainsi l'internationale islamique, dont Erdogan est l'un des chefs, qui organiseront des décapitations d'enseignants tels que le regretté Samuel Paty lorsqu'ils qui voudront limiter la pénétration du terrorisme islamique parmi la population scolaire.

La France mène actuellement une guerre difficile contre un ennemi de l'intérieur voulant faire d'elle un instrument de la guerre déclarée par l'islamisme aux autres civilisations. La moindre des choses qu'elle pourrait attendre de l' « allié » allemand serait qu'il se joigne à elle dans cette guerre, ne fut-ce qu'en paroles.

Post Scriptum au 26/10

On lit cependant au 26/10 ce qui suit dans la presse: Un début de réaction?

Le président français a toutefois enregistré une série de soutiens en Europe, à commencer par celui du premier ministre néerlandais, Mark Rutte. « Les propos du président Erdogan à l'encontre du président Emmanuel Macron sont inacceptables. Les Pays-Bas défendent résolument aux côtés de la France les valeurs communes de l'Union européenne. Pour la liberté d'expression et contre l'extrémisme et le radicalisme », a-t-il tweeté lundi.

« Ce sont des déclarations diffamatoires qui ne sont absolument pas acceptables », particulièrement dans le contexte du « meurtre affreux du professeur français Samuel Paty par un fanatique islamique », a pour sa part déclaré le porte-parole de la chancelière allemande, Steffen Seibert. Dimanche, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, et le premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, avaient également manifesté leur soutien au président français.

25/10/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire