Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Quels remèdes au « terrorisme islamiste caractérisé » ? Nouvelle rédaction

C'est le terme qu'a employé Emmanuel Macron dans son interview le soir du 16 juin à Conflans, à la suite de la décapitation sauvage en pleine rue (il aurait été encore vivant à ce moment) d'un professeur d'histoire.

Celui-ci avait montré à ses élèves durant un cours sur les médias des caricatures de Mahomet précédemment publiées par le Canard Enchaîné.

Emmanuel Macron s'est dit « au coté des enseignants ». il a assuré que «l'obscurantisme ne gagnera pas». Mais il ne semble pas qu'il ait encore pris toute la mesure de la «barbarie islamiste qui s'abat sur la France », selon le terme employé par Florian Philippot, membre du Rassemblement National, dans un tweet. Florian Philippot se demande à juste titre «  Quant l'Etat bougera-t-il enfin contre cette peste ». L'année précédente, Xavier Bertand, président de la Région Haut de France, avait parlé de « gangrène islamique ».

Ce terme paraît justifié. Rappelons que la gangrène qualifie en médecine une nécrose progressive des tissus, à la suite du blocage d'une artère par embolie ou infection. C'est bien ce qui se passe actuellement, compte tenu du fait que de plus en plus de Français musulmans se réfèrent à l'islam de combat. Ils sont en permanence intoxiqués par les vidéos en provenance de l'Etat islamique les appelant à une guerre sainte contre tous ceux qui refusent encore la domination de l'islam de combat.

A la suite de l'assassinat de l'enseignant à Conflans, de plus en plus de ses collègues, comme le montrent les syndicats d'enseignants, se trouvent en effet confrontés à un nombre croissant d'élèves qui refusent désormais les lois de la République. Ils sont poussés pour ce faire par des « parents d'élèves » souvent récemment immigrés, parlant à peine français mais comprenant parfaitement l'arabe. La très grande majorité d'entre eux ne semblent pas près à passer à l'acte. Mais quelques individus, souffrant ou non de troubles mentaux, risquent de la faire dans la guerre contre la France que mène l'Etat Islamique, tel qu'il se reconstitue rapidement.

Les syndicats de police observent à juste titre que pour lutter efficacement contre ce risque, il faudrait recruter et former en urgence des milliers de policiers. Il en serait de même au niveau des magistrats. Ceux-ci sont insuffisamment nombreux pour se prononcer dans les multiples recours en justice qui manqueront pas à la suite des interventions de la police. Aucun de ces recrutements ne se fera, au prétexte d'insuffisance budgétaire.

Note au soir du 17/10/2020

Nous publions ici en hommage le portrait et le nom, Samuel Paty, de l'enseignant décapité par un terroriste islamique à Conflans. Ces informations viennent d'être rendues publiques.

Note au 18/10/2020

On lira ici un article édifiant et très inquiétant de Marianne montrant la pénétration profonde de l'islam radical en France. C'est la guerre, mais qui s'en rend encore compte? Faudra-t-il de nouveaux meurtres? 
https://www.marianne.net/societe/laicite-et-religions/frere-musulman-pro-hamas-portrait-de-sefrioui-le-predicateur-a-lorigine-de-la-fronde-contre-lenseignant-decapite?utm

17/10/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire