Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

L'Union Europénne étudie la création d'un Fonds monétaire européen

Confrontés à la poursuite de la spéculation internationale qui profite de la non-coordination des politiques budgétaires et économiques au sein tant de l'Union européenne que de la zone euro, certains responsables politiques européens envisagent désormais la création d'un fonds d'aide qui pourrait prendre la forme du FMI transposé à l'échelle européenne. Mais quand ce projet verra-t-il le jour et que sera sa portée?

Ce  fonds monétaire européen (FME), dont l'idée a été lancée le 6 mars par le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble, disposerait de ressources de même nature que celles du FMI, c'est-à-dire de droits de tirage souscrits par les Etats européens. Ces fonds serviraient à racheter, mais seulement en partie, la dette des Etats se trouvant mis en faillite, c'est-à-dire incapables de rembourser leur emprunts extérieurs ou d'en contracter de nouveaux pour couvrir leurs déficits. Le  FME pourrait disposer en contrepartie de pouvoirs de surveillance et de tutelle visant à s'assurer que les Etats secourus ne profitent pas de ces facilités pour continuer à s'endetter.

Les optimistes voient  là une lente et prudente évolution vers ce que tous les Européens convaincus jugent depuis longtemps indispensable: la mise en place d'un gouvernement économique et financier de la zone euro. Les plus volontaristes, dont nous sommes, aimeraient que cette zone euro soit étendue à tous les Etats membres de l'Union, lesquels relèveraient de facto de ce gouvernement économique et financier. Mais bien évidemment, ceci ne pourrait se faire sans qu'une autorité politique commune soit capable d'imposer à des membres dont le laxisme n'est plus à démontrer la discipline que tenteraient de s'imposer les grands Etats. Cette autorité devrait elle-même disposer d'une administration efficace.

Malheureusement, pour le moment, le projet de FME est encore loin d'être décidé, non plus que ses modalités d'intervention. Par ailleurs la question reste posée de savoir s'il intéresserait les seuls 16 membres de l'Eurogroup ou les 27 Etats de l'Union - ce qui, prétendent les juristes, nécessiterait une modification du Traité de Lisbonne.

Dans la ligne de nos articles précédents, nous ne pouvons que mettre de toutes façons en garde sur les illusions qui pourraient naître de la création d'un tel Fonds. Il ne pourra se substituer à un Fonds de bien plus grande ampleur destiné à encourager les investissements productifs au niveau des Etats-membres. S'il se borne à imposer à des populations déjà éprouvées par le chômage et la désindustrialisation de nouvelles mesures de rigueur budgétaire, il suscitera le rejet qu'avait provoqué le FMI il y a quelques années au sein des pays pauvres. Ajouter la rigueur à la pauvreté – pendant que des minorités proches des pouvoirs en profitent pour spéculer et se mettre à l'abri -  ne pourrait que générer de véritables crises sociales. Nous renvoyons sur ce point à la mise en garde de notre éditorial daté du 7 mars.
09/03/2010
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
FME: pourquoi pas, mais
10/03/2010 11:38:03 | Par : Gérard B
Il faut surtout éviter le simple "effet d'annonce" destiné à faire baisser la spéculation. En particulier quand Berlin parle de "modifier les Traités" signées à 27 pour doter la zone euro -à seize- d'un Fonds Monétaire. Il faudrait ratifier à l'unanimité des 27 et retomber dans les palinodies de Lisbonne, Surtout pas. Attendons d'en savoir plus.
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire