Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Emmanuel Macron : la France ne capitulera pas devant l'islamisme

Dans une déclaration très attendue, Emmanuel Macron, président de la République française, vient de prévenir les islamistes, qu'ils soient étrangers ou de nationalité française, que l'Etat ne cédera pas face à la guerre de conquête que lui a déclaré l'islamisme de combat.

Pour être précis, il n'a pas employé ces termes exacts. Il a parlé de séparatisme. Il a pris la parole vendredi 2 octobre depuis les Mureaux (Yvelines) pour évoquer le futur projet de loi concernant «le séparatisme islamiste» qui sera présenté le 9 décembre prochain en Conseil des ministres. Si certains assuraient que le texte ne concernerait «pas que l'islamisme» , le chef de l'État a tout de suite voulu mettre les choses au clair : «Ce à quoi nous devons nous attaquer, c'est le séparatisme islamiste. C'est le cœur du sujet».

Pour plus de détails, on pourra lire les éléments essentiels de son intervention dans le Figaro du 2 octobre 2020

En fait, le terme utilisé, celui de séparatisme islamique, est modéré face à l'offensive que subit en permanence depuis quelques mois une République française se voulant laïque et indivisible. Cette offensive se traduit principalement par une entrée en France de migrants dont un petit pourcentage est composé d'islamistes volontaires pour procéder dans les prochains mois à des attentats capables de bloquer rapidement toutes les activités économiques et les relations sociales faisant la richesse du pays.

Leur entrée  sera pratiquement impossible à empêcher par les gardes-frontières et les forces de police, du fait qu'ils ne produisent aucun document permettant de les identifier. Une fois en France, ils se mettront en relation avec des réseaux islamistes, peu nombreux encore mais très actifs, déjà existants parmi les musulmans français ou vivant en France Ceux-ci leur fourniront l'argent et les armes dont ils auront besoin pour multiplier les attentats meurtriers.

D'ores et déjà, un certain nombre de ces candidats au terrorisme sont suffisamment jeunes pour pouvoir revendiquer la qualité de mineurs non accompagnés, lesquels bénéficient de la protection de toutes les institutions. Leur âge précis est impossible à déterminer.

Récemment Eric Zemmour a été vilipendé dans les médias pour avoir suggéré que ces mineurs non accompagnés étaient tous des voleurs, des assassins et des violeurs. C'est évidemment exagéré, mais au rythme selon lequel se développera progressivement en France le terrorisme islamique, certains d'entre eux le deviendront nécessairement. Les autorités n'auront que peu de moyens pour les identifier et les neutraliser avant qu'ils ne passent à l'acte. Voir Le Parisien.

Il est clair que dans ce cas, il ne faudrait pas seulement parler de séparatisme islamique, mais d'une véritable guerre menée en France par les islamistes. En prendre conscience nécessiterait des mesures bien plus radicales que celles énumérées par Emmanuel Macron. 

Inutile de rappeler que la situation est à peu près la même dans l'ensemble des Etats européens.

Voir aussi

https://ripostelaique.com/macron-confirme-son-amour-des-musulmans-et-sa-haine-des-francais.html

Note au 12/10

On lira sur ce sujet un article très réaliste et pessimiste de l'excellent Michel Onfray

https://francais.rt.com/opinions/79388-grand-diseux-par-michel-onfray-separatisme-islamiste-macron

02/10/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire