Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Les « manifestations » se multiplient aux Etats-Unis

Les Etats-Unis voient se multiplier actuellement les manifestations hostiles aux divers pouvoirs, civils et militaires qui constituent ce que l'on nomme aussi l'Etat Profond américain.

Elles sont parfois désignées du terme bénin de « troubles dans la rue ». Elles doivent pour mériter ce nom rassembler plus de 100 personnes.

Entre le 26 mai et le 22 août, il y a eu 7 750 manifestations liées à la mort de George Floyd et aux Black Lives Matter dans 2 400 lieux, des 50 États des Etats-Unis, soit une moyenne de 216 manifestations par jour. Derrière le prétexte de lutter contre les divers racismes, anti-Blancs et anti-Noirs, qui s'affrontent actuellement, elles révèlent une profonde insatisfaction des populations vis-à-vis de ce que l'on nomme le néocapitalisme, notamment le néo-capitalisme financier, qui fait la loi non seulement à Wall Street, mais au Congrès et surtout à la Maison Blanche, dans l'entourage de Donald Trump qui en est l'otage.

La prochaine élection présidentielle américaine qui verra s'affronter Donald Trump et Joe Biden – si la santé défaillante de celui-ci lui permet d'y jouer son rôle - donnera de plus en plus l'occasion aux insatisfaits de manifester, peut-être sous une forme de plus en plus brutale. Ils avaient compté sur Bernie Sanders pour représenter ce que l'on nomme l'ultra-gauche américaine, laquelle serait désignée en Europe de gauche modérée. Mais Sanders, sans doute corrompu par quelques unes des centaines de milliers de dollars consacrés par les mouvements de toutes tendances à la préparation de cette élection, s'était effacé derrière Joe Biden.

Beaucoup d'observateurs considèrent qu'une recrudescence probable de manifestations de plus en plus violentes dans les prochaines semaines, pourrait conduire à un coup d'Etat en retour provenant de l'extrême-droite américaine, constituée des mouvements les plus activistes de l'Etat Profond. La constitution américaine serait alors mise en sommeil de façon à laisser le pouvoir à ces mouvements activistes et derrière eux, aux forces politiques et économiques représentant l'ultra-capitalisme américain, notamment sous ses formes numériques incarnées par les Grands de l'Internet américain.

Les Etats-Unis pourraient alors devenir un régime autoritaire, pour ne pas dire une dictature, beaucoup plus inquiétante pour la démocratie dans le monde que ne le sont actuellement la Chine et la Russie.

15/09/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire