Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Nouvelle hypothèse concernant la matière noire

La matière noire semble aujourd'hui répartie dans l'univers d'une façon plus régulière qu'il ne le paraissait précédemment

Dans un précédent article sur la matière noire, nous relations qu'une observation récente pouvait laisser penser qu'elle présentait des structures lenticulaires caractérisant une concentration  supérieure à la moyenne.  La nouvelle observation, relatée dans l'article référencé ci-dessous, dont nous publions l'abstract, laisse penser que sa répartition dans l'univers pourrait être 10% plus régulière que ce qu'il semblait. Ceci cependant ne devrait pas sensiblement être en contradiction avec  l'observation précédente 

Des scientifiques viennent de relater les premiers résultats d'une observation de 7 ans dite Kilo-degree Survey (KIDS) ayant utilisé le Télescope européen (Very Large Telescope) de l'Observatoire méridional européen situé à haute altitude au Chili. 

Ils ont pu observer plus de 30 millions de galaxies pouvant être distantes de la Terre jusqu'à 30 milliards d''années-lumière, ce qui correspond à 5% de l'univers observable. Ils ont constaté que la force de gravité à grande échelle est différente de celle précédemment observée sur des distances plus courtes. Ceci serait du à une concentration de la matière noire plus homogène que précédemment supposé.

Il en résulterait qu'il faudrait revoir le concept de force de gravité tel qu'admis depuis Albert Einstein. Les implications sur les conceptions actuelles de l'univers les observations cosmologiques seraient considérables.

Référence

[Submitted on 9 Sep 2020]
An excess of small-scale gravitational lenses observed in galaxy clusters

https://arxiv.org/abs/2009.04471

Cold dark matter (CDM) constitutes most of the matter in the Universe. The interplay between dark and luminous matter in dense cosmic environments like galaxy clusters is studied theoretically using cosmological simulations. Observed gravitational lensing is used to test and characterize the properties of substructures - the small-scale distribution of dark matter - in clusters. An apt metric, the probability of strong lensing events produced by dark matter substructure, is devised and computed for 11 galaxy clusters. We report that observed cluster substructures are more efficient lenses than predicted by CDM simulations, by more than an order of magnitude. We suggest that hitherto undiagnosed systematic issues with simulations or incorrect assumptions about the properties of dark matter could explain our results.

12/09/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire