Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Sur la matière noire

La matière noire est une matière invisible par les instruments scientifiques actuels. Néanmoins son existence ne peut être mise en doute. C'est elle qui constitue les deux tiers de la matière composant l'univers.

Son effet s'observe indirectement puisque c'est elle dont l'attraction provoque la force de gravité autrement inexpliquée et qui considérée comme une des lois fondamentales de l'univers. Il existe aujourd'hui une course entre les cosmologistes pour être le premier à proposer une méthode permettant de la mettre sans conteste en évidence.

L'article référencé ci-dessous, daté du 9 septembre 2020, dont nous publions l'abstract, a été écrit par une équipe internationale de chercheurs ayant utilisé le télescope Hubble en combinaison avec le Very Large Telescope  européen. Ils ont découvert, en examinant la structure de galaxies proches, que celles-ci présentaient des structures lenticulaires caractérisant une concentration de matière noire supérieure à la moyenne. Comme rien à ce jour ne permet d'expliquer ces anomalies, ils en déduisent qu'il serait nécessaire de revoir la définition actuelle de la matière noire.

Pour plus de précision, on lira un excellent article publié par futura-sciences https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-matiere-noire-hubble-suggere-quil-faut-revoir-copie-10206/

Référence

An excess of small-scale gravitational lenses observed in galaxy clusters
https://arxiv.org/abs/2009.04471

Abstract

Cold dark matter (CDM) constitutes most of the matter in the Universe. The interplay between dark and luminous matter in dense cosmic environments like galaxy clusters is studied theoretically using cosmological simulations. Observed gravitational lensing is used to test and characterize the properties of substructures - the small-scale distribution of dark matter - in clusters. An apt metric, the probability of strong lensing events produced by dark matter substructure, is devised and computed for 11 galaxy clusters. We report that observed cluster substructures are more efficient lenses than predicted by CDM simulations, by more than an order of magnitude. We suggest that hitherto undiagnosed systematic issues with simulations or incorrect assumptions about the properties of dark matter could explain our results.

11/09/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire