Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Incivilités, ensauvagement ou début de guerre civile ?

Le terme d'ensauvagement a fait l'objet d'un désaccord le 1er septembre entre Gérald Darmanin et le garde des sceaux Dupont-Moretti.

Etait-il approprié de l'utiliser pour qualifier les actes de violence survenus récemment dans diverses villes française, notamment Bayonne et Lyon, attribués à des « bandes de jeunes » non identifiés, sans mentionner la violence permanente qui s'est instaurée dans les banlieues des grandes villes. Ne valait-il pas mieux parler d'incivilités?

Le terme d'incivilité paraît anodin . Il est employé généralement pour désigner un manquement aux règles usuelles sur lesquelles repose la vie en société. Mais celui d'ensauvagement est-il excessif ? Il pourrait signifier un retour à des sociétés primitives n'ayant pas connu les « bienfaits » de la colonisation.

En fait, ni l'un ni l'autre ne semblent appropriés. Il vaudrait mieux parler du début de la guerre dite de 3e (ou 4e) génération contre les sociétés occidentales dont l'Organisation de l'Etat Islamique (Daesh) avait menacé les païens occidentaux, en conséquence de son incapacité à maintenir sa domination sur le Moyen Orient.

Différents chefs de cette organisation avaient indiqué sur les réseaux sociaux qu'ils poursuivraient cette guerre en envoyant des combattants volontaires pour mener des attentats, y compris des attentats-suicides, ceci prioritairement en Europe. Ceux-ci s'infiltreraient parmi les centaines de milliers de « réfugiés » fuyant la guerre et l'insécurité et provenant principalement de Syrie et d'Irak. Leur nombre ne diminuera pas, comme le montre la recommandation récente d'Angela Merkel d'augmenter les capacités d'accueil.

Il en résulte que les villes européenne sont confronté à un « séparatisme » refusé récemment par Emmanuel Macron mais qui existe désormais. Les musulmans dominant dans les banlieues de certaines grandes villes veulent y mettre en place des régimes politiques n'obéissant plus aux lois de la République, mais reconnaissant exclusivement le loi islamique dite charia. Certaines des normes imposées par celle-ci sont incompatibles avec les droits de l'homme, notamment en ce qui concerne la liberté d'expression, la liberté de croyance, la liberté sexuelle et la liberté des femmes. D'autres, en termes plus discrets, recommandent de mener une guerre sainte contre ceux qui ne reconnaissent pas la loi islamique et le pouvoir supérieur d'Allah.

Il existe aujourd'hui, notamment en France, des mosquées de plus en plus nombreuses dont les imams, au vu et au su de la police, demandent aux bons musulmans de commencer à mener cette guerre. Il en résulte de nombreuses dégradations commises contre les églises et les crucifix. Nécessairement les bons croyants ne peuvent qu'en tirer argument pour mener des actes de violence anonymes, donc peu dangereux, notamment au sein de "bandes de jeunes non identifiés". 

Ceux-ci ne sont ni des incivilités ni des ensauvagements, mais des actes de guerre civile. A une bien moindre échelle, l'épidémie de meurtres anonymes et impunis de chevaux qui se poursuit en France à une échelle jamais vue encore montre combien le meurtre est contagieux, surtout quand les médias lui donnent un large écho.

09/09/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire