Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Supporters des équipes de foot-ball. L'inconséquence des autorités

Tous ceux qui ont vu, avant et après la rencontre PSG-Bayern, des milliers de supporters coude à coude et s'exclamer en projetant force postillons sur leurs voisins, sont en droit de s'indigner de l'inconséquence quasi criminelle des « autorités ».

Ces " autorités"  savaient très bien que de tels matchs rassemblent des milliers de supporters, non seulement autour des stades, mais dans divers lieux où ils peuvent se rassembler en cédant à la griserie de s'exprimer d'une seule voix et d'échanger de multiples contacts. La fait de savoir qu'ils sont désormais télévisés et que certains d'eux pourraient par chance passer à l'écran accroît encore l'importance de leurs rassemblements.

Or s'il est exact, comme le disent les épidémiologistes, que le coronavirus peut passer d'une personne à l'autre lors d'un contact rapproché, et qu'il peut aussi être transmis par la salive, la seule chose qu'il fallait faire était d'interdire tout rassemblement de plus de quelques dizaines de supporters. 

Les très nombreux citoyens  qui ont supporté, avec une discipline soulignée par les médias, la rigueur des semaines de confinement jusqu'ici imposées pour éviter la propagation du virus, et qui se préparent à vivre plusieurs mois de mesures barrières destinées à éviter une reprise de l'épidémie, sont en droit de s'étonner de l'inconséquence des « autorités ».

En France, le même président de la République qui, à contre-coeur d'ailleurs, s'était résolu à imposer un mois de confinement sur la demande des médecins compétents, est descendu sur la pelouse du stade de France pour féliciter les deux équipes. Tous ont vu qu'il était sans masque.

La seule chose qu'il fallait faire était d'interdire toute manifestation rassemblant plus de quelques dizaines de supporters. Certes, une telle décision aurait été très impopulaire. Mais le premier devoir des « autorités » est de protéger la santé publique. Il est évident qu'une telle décision n'aurait pas été acceptée par de nombreux supporters, et que les forces de police auraient été incapables de la faire respecter.

Mais le  rôle des « autorités » et en premier lieu du Président de la République, est de préciser clairement les mesures de santé publique qui s'imposent, en quelques circonstances que ce soit.

25/08/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire