Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

ITER sur la bonne voie

ITER est un réacteur thermonucléaire à fusion expérimental développé par un certain nombre de pays, dans lequel la France a toujours joué important sinon directeur. Elle a pu le faire grâce ses investissements précédents dans l'énergie de fission.

L'énergie nucléaire actuelle résulte de la fission d'atomes d'uranium. L'uranium est un métal très répandu sur terre, mais dans des conditions le rendant difficile à exploiter. Il est constitué d'atomes dits lourds. Ces atomes possèdent un noyau capable de se casser en deux noyaux plus petits sous l'impact d'un neutron. Ce phénomène est appelé fission nucléaire. Le neutron n'ayant pas de charge électrique, il peut facilement s'approcher du noyau et pénétrer à l'intérieur sans être repoussé. La fission s'accompagne d'un grand dégagement d'énergie et en même temps, de la production de quelques neutrons. Ceux-ci à leur tour casser d'autres noyaux, dégager de l'énergie et libérer d'autres neutrons. Il s'agit d'une réaction dite en chaîne.

Dans les réacteurs des centrales à fission, des barres de contrôles constituées de matériaux pouvant absorber les neutrons permettent d'agir sur la réaction en chaîne. Il est donc possible de faire varier la puissance du réacteur, le maintenir en marche ou l'arrêter. Cependant les produits de fission ou déchets en résultant sont instables et fortement radioactifs. Ils dégagent une forte chaleur et des  rayons gamma très énergétiques et donc dangereux. La nécessité de les recueillir et de les stocker dans des chambres d'isolement étanches rend donc la fission très coûteuse, ce qui limite son emploi. La France ayant depuis Charles de Gaulle décidé de se doter d'une bombe nucléaire a acquis dans le domaine de la fission une expérience précieuse lui ayant permis de bien maîtriser les centrales nucléaires à fission, dont elle possède aujourd'hui un nombre très élevé.

La fusion nucléaire est très différente. Il s'agit d'une source d'énergie alimentant le Soleil et les étoiles. Dans les conditions de pression et de température extrêmes qui règnent au cœur de ces astres, les noyaux d'hydrogène entrent en collision et fusionnent pour former des atomes d'hélium et libérer de considérables quantités d'énergie. 

ITER sera la première installation de fusion au monde capable de produire une quantité d'énergie nette. Elle réalisera des décharges de plasma de longue durée et testera également, pour la première fois, les technologies, les matériaux, ainsi que les régimes de plasma requis pour obtenir de l'électricité dans une perspective commerciale. Comme on le devine ce projet suscite l'opposition des adversaires de l'énergie nucléaire et des intérêts industriels visant à produire de l'énergie dite renouvelable, d'origine principalement éolienne, solaire et maritime. Mais les énergies renouvelables ont elles-mêmes un coût important, ce qui limite leur emploi avec les techniques actuelles. L'énergie nucléaire de fusion offre des perspectives la rendant très attrayante. Encore faudra-t-il la produire dans des conditions la rendant sûre en termes de radioactivité et à des coûts compétitifs.

ITER est un projet de réacteur nucléaire français de recherche civil à fusion nucléaire de type tokamak, situé à Cadarache. Ce projet s'inscrit dans une démarche à long terme visant à l'industrialisation de la fusion nucléaire. En tant que tel, il ne peut pas produire de l'électricité dans des conditions abordables. Par contre, il servira de prototype pour des techniques plus économiques, susceptibles d'intéresser un grand nombre de pays ne disposant pas d'accès facile à l'énergie solaire. Généraliser les réacteurs tokamak dans des conditions abordables représentera pour la France un atout considérable.

ITER

ITER est l'un des projets les plus ambitieux au monde dans le domaine de l'énergie. En France, dans le département des Bouches-du-Rhône, 35 pays* sont engagés dans la construction du plus grand tokamak jamais conçu, Les résultats du programme scientifique d'ITER seront décisifs pour ouvrir la voie aux centrales de fusion électrogènes de demain. Il s'agira de la première installation de fusion capable de produire une quantité d'énergie nette. Elle réalisera des décharges de plasma de longue durée et testera pour la première fois, les technologies, les matériaux, ainsi que les régimes de plasma requis pour produire de l'électricité dans une perspective commerciale.

Les résultats du programme scientifique d'ITER seront décisifs pour ouvrir la voie aux centrales de fusion électrogènes de demain. De nombreux ingénieurs et de scientifiques ont contribué à la conception d'ITER depuis que l'idée d'une collaboration internationale sur l'énergie de fusion a été lancée en 1985. Les Membres d'ITER (la Chine, l'Union européenne, l'Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les États-Unis) se sont engagés dans une collaboration de trente-cinq ans pour construire et exploiter l'installation expérimentale ITER. Un réacteur de démonstration pourra être conçu sur la base de ce retour d'expérience. Parmi eux, les Etats-Unis sont les plus réticents, sans doute pour ne pas collaborer avec la Chine et la Russie dans un tel projet. Ils jouent surtout un rôle d'observateur. 

Ceci explique l'intérêt du début d'assemblage en France des éléments permettant d'obtenir dans un premier temps un réacteur expérimental de type ITER. On lira ci-dessous deux articles relatant cet événement.

Voir

Le Monde https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/07/28/pres-de-quinze-ans-apres-ses-debuts-l-assemblage-du-reacteur-du-projet-international-iter-est-lance_6047473_3244.html

ainsi que BFM TV https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/debut-officiel-de-l-assemblage-d-iter-le-reacteur-a-fusion-qui-veut-revolutionner-l-energie-1954995.html

Voir aussi le site internet d'ITER

Tout sur ITER https://www.iter.org/fr/proj/inafewlines

Le point de vue de Vladimir Poutine

https://francais.rt.com/international/77262-vladimir-poutine-salue-debut-assemblage-du-gigantesque-reacteur-fusion-iter

Image. ITER en 2018

28/07/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire