Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

De l'épidémie de Coronavirus jusqu'à des conflits entre puissances nucléaires.

Beaucoup d'experts en sciences politiques, tel Artyom Lukin, auteur de l'article sur RT.com référencé ci-dessous, considèrent qu'avec le Coronavirus, le monde est entré dans une période de chaos généralisé, la pire depuis des décennies, sinon depuis des siècles. Elle pourrait durer au moins 10 ans.

Pour Lukin, ceci a commencé avec la crise financière de 2008-2009 dont les conséquences ont été catastrophique pour la plupart des sociétés mondiales, y compris les plus développées, comme aux Etats-Unis ou en Europe. Cependant, la crise à peu près terminée, chacun pensait jusqu'à 2020 que la situation redeviendrait vite normale (comme avant, selon le mot). La pandémie a ruiné cet espoir.

Elle a dévasté l'économie mondiale et ce faisant exaspéré les tensions déjà existantes, y compris dans le domaine militaire, entre l'hyperpuissance américaine et la Chine à la recherche de ce statut d'hyper-puissance. De plus, comme dans d'autres grands Etats tels que la Russie et l'Inde, l'épidémie continue à s'étendre. Même si l'on pouvait espérer qu'avec la stabilisation de l'épidémie, les tensions pourraient s'atténuer, plusieurs raisons géopolitiques font craindre qu'il n'en soit rien.

La plus importante découle de l'extension et la radicalisation de la révolte des classes populaires contre des puissances financières ayant montré leur incapacité à s'entendre entre elles pour pour faire bénéficier des bons effets de la croissance l'ensemble des populations. Au contraire, elles continuent à renforcer leurs pouvoirs sur les sociétés à l'occasion de la pandémie.

De plus, dans aucune société, cette révolte n'a fait apparaître de demandes pour des actions politiques permettant de lutter efficacement contre les conséquences mondiales de la pandémie. L'ONU a montré son incapacité en ce domaine, de même que d'autres organisations internationales telles que les G 7 et G 20. La révolte populaire a, au contraire, accru les conflits internes déjà existants, tels qu'aux Etats-Unis celles entre Blancs et Noirs ou au Moyen-Orient entre les musulmans et les autres confessions.

Il est vraisemblable que l'appel à des régimes autoritaires, voire à des dictatures, se généralisera dans le monde, y compris dans des Etats se voulant jusqu'ici démocratiques. Mais comme de tels régimes autoritaires ne pourront rien pour améliorer la crise sanitaire et ses conséquences politiques et sociales, il y a tout lieu de craindre qu'ils ne fassent appel à des guerres locales pour s'imposer. Or de guerres locales à des conflits mondiaux entre puissances nucléaires, la distance est mince et pourrait être vite franchie.

Référence
Article
Split societies, global chaos and World War Three: We could be in for the most tumultuous era in modern history
https://www.rt.com/op-ed/495291-split-societies-global-chaos/ 
20 juillet 2020
par 
Artyom Lukin (Artyom Lukin is an associate professor of international relations at Far Eastern Federal University in Vladivostok, Russia).
 

22/07/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire