Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

De nouvelles pandémies ?

Identification d'un virus de grippe porcine susceptible de provoquer une nouvelle pandémie

Divers articles référencés signalent au 30 Juin 2020 que des chercheurs chinois viennent d'identifier une souche de virus de grippe porcine présentant des caractéristiques du virus Coronavirus Covid 19 et susceptible, s'il mutait d'une façon adéquate, de s'adapter à l'homme et de se transmettre d'humains à humains. Voir Sud Ouest , LCI ou Midi Libre

Les chercheurs chinois ont publié en ce sens dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) une étude dont nous donnons ici la référence et le résumé. Ce virus pourrait en ce cas se révéler beaucoup plus contagieux que le Covid 10 et provoquer une nouvelle pandémie aux conséquences sanitaires bien plus graves. Autrement dit, le nombre des personnes infectées, leurs symptômes et le pourcentage des décès serait beaucoup plus importants qu'avec le coronavirus.

Nous nous borderons ici quelques observations

* Les scientifiques chinois continuent à faire des recherches en virologie concernant le porc. Celui-ci, par différents traits, est proche de l'homme. Ils prennent donc le risque de faire apparaître de nouveaux virus et de provoquer de nouvelles épidémies analogues à l'actuelle.

* Ces recherches ne sont manifestement pas destinées à mettre au point de nouvelles armes pour une future guerre bactériologique, comme Donald Trump continue à le laisser entendre, ceci d'autant plus qu'une telle guerre serait aussi dangereuse pour l'émetteur que pour le récepteur. Sinon les virologues chinois ne publieraient aucune observation dans la presse scientifique.

* Au demeurant, faudrait-il, en Chine ou ailleurs, cesser toute recherche en ces domaines compte tenu de leurs possibles dangerosité? La réponse est évidemment négative. Toutes les recherches scientifiques peuvent avoir des applications dangereuses voire dans beaucoup de cas permettre la production de nouvelles armes.

* Pourquoi cependant d'autres grands Etats, capables de conduire des recherches scientifiques dans des domaines importants, n'avaient-ils pas à ce jour mené en ce sens de telles études? On peut penser que le porc, jouant en Chine un rôle bien plus essentiel dans l'alimentation, et très répandu, y compris en liberté, dans la société chinoise, donne lieu dans ce pays a d'avantage de recherches scientifiques qu'ailleurs.

* Instruits par l'expérience du Covid, apparemment résultat d'une erreur de manipulation dans un laboratoire de Wuhan, peut-on espérer que les recherches actuelles se font avec beaucoup plus de précautions, y compris en ce qui concerne l'accès de chercheurs étrangers dans les laboratoires chinois ? Les Chinois restent discrets sur ce sujet, d'autant plus que de l'annonce de nouvelles précautions ne manqueraient pas de faire apparaître d'éventuelles imprudences précédentes. Par contre, ils ont annoncé que les personnels travaillant en contact avec des porcs ou dans les abattoirs se verront imposer des mesures renforcées de prudence.

Référence

Prevalent Eurasian avian-like H1N1 swine influenza virus with 2009 pandemic viral genes facilitating human infection

https://www.pnas.org/content/early/2020/06/23/1921186117

Significance

Pigs are intermediate hosts for the generation of pandemic influenza virus. Thus, systematic surveillance of influenza viruses in pigs is a key measure for prewarning the emergence of the next pandemic influenza. Here, we identified a reassortant EA H1N1 virus possessing pdm/09 and TR-derived internal genes, termed as G4 genotype, which has become predominant in swine populations since 2016. Similar to pdm/09 virus, G4 viruses have all the essential hallmarks of a candidate pandemic virus. Of concern is that swine workers show elevated seroprevalence for G4 virus. Controlling the prevailing G4 EA H1N1 viruses in pigs and close monitoring in human populations, especially the workers in swine industry, should be urgently implemented.

Abstract

Pigs are considered as important hosts or “mixing vessels” for the generation of pandemic influenza viruses. Systematic surveillance of influenza viruses in pigs is essential for early warning and preparedness for the next potential pandemic. Here, we report on an influenza virus surveillance of pigs from 2011 to 2018 in China, and identify a recently emerged genotype 4 (G4) reassortant Eurasian avian-like (EA) H1N1 virus, which bears 2009 pandemic (pdm/09) and triple-reassortant (TR)-derived internal genes and has been predominant in swine populations since 2016. Similar to pdm/09 virus, G4 viruses bind to human-type receptors, produce much higher progeny virus in human airway epithelial cells, and show efficient infectivity and aerosol transmission in ferrets. Moreover, low antigenic cross-reactivity of human influenza vaccine strains with G4 reassortant EA H1N1 virus indicates that preexisting population immunity does not provide protection against G4 viruses. Further serological surveillance among occupational exposure population showed that 10.4% (35/338) of swine workers were positive for G4 EA H1N1 virus, especially for participants 18 y to 35 y old, who had 20.5% (9/44) seropositive rates, indicating that the predominant G4 EA H1N1 virus has acquired increased human infectivity. Such infectivity greatly enhances the opportunity for virus adaptation in humans and raises concerns for the possible generation of pandemic viruses.

 

30/06/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire