Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Nécessité absolue de vaccins contre le coronavirus

Juguler durablement l'épidémie de Cov-19 ne pourra pas se faire sans vaccin(s) efficace(s)

A la suite des éclaircissements très convaincants donnés par le Pr Raoult à l'Assemblée Nationale le 24/06, il devrait selon nous  apparaître que ni la généralisation des tests ni les traitements, faisant ou non appel à l'hydroxyclorokine, dont pourtant l'efficacité paraît indiscutable, ne pourront jamais permettre de faire disparaître l'épidémie.

Dans les siècles passés, notamment durant les épidémies de peste, le bacille finissait par disparaître soit du fait de mutations le rendant moins agressif, soit à la suite de décès massifs au sein de la population, ne laissant survivre que les individus ayant acquis spontanément les résistances nécessaires. On parle d'immunités de groupe. Mais celle-ci ne devient efficace qu'après la mort de plus de 60 % des personnes contaminées. Inutile de dire qu'avec la Covid 19, ceci ne serait jamais accepté.

Aujourd'hui, recourir aux tests préventifs afin d'isoler ou hospitaliser les malades serait impossible. Non seulement il faudrait tester toutes les populations et pas seulement les personnes suspectées d'être asymptomatiques, mais de plus il faudrait renouveler ces tests régulièrement. Par ailleurs, faire appel à l'hydroxyclorokine ou tout traitement analogue ne serait pas faisable à titre préventif, compte tenu des effets secondaires dangereux voire dans certains mortels, que de telles drogues pourraient avoir.

Le seul remède préventif efficace sera d'obtenir un ou des vaccins efficaces, et les produire en quantité massive, afin de vacciner progressivement toute la population, en commençant par les personnes à risque. On objecte à cela qu'il n'existe peut-être pas de vaccins efficaces ou qui le soit durablement. Or c'est ce qui est actuellement dans le cas de la lutte contre le virus influenza ou virus de la grippe. Il mute suffisamment vite pour qu'il soit nécessaire de trouver tous les ans de nouveaux vaccins efficaces. Il n'empêche. Sans les vaccins actuels, la grippe, comme ce fut le cas dans les décennies passées, aurait été un véritable fléau au lieu d être considérée comme une maladie saisonnière.

C'est ce qu'ont bien compris divers pays, dont la Chine, qui consacrent actuellement des budgets importants à la recherche de vaccins. La France dispose de suffisamment de virologues compétents pour faire partie des premiers à obtenir des vaccins. Encore faudrait-il que des budgets en ce sens soient rapidement dégagés, quitte à accepter des économies dans d'autres domaines de la recherche médicale. Il faudrait aussi qu'ils ne proviennent pas exclusivement des grands de l'industrie pharmaceutique. Sans endosser la totalité des reproches faits à leur égard par Didier Raoult, il paraît certain que ces industries préféreront commercialiser des traitements plutôt que des vaccins.

24/06/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire