Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Des singes intelligents

La production de singes génétiquement modifiés disposant de cerveaux comportant des caractéristiques du cerveau humain se fera inévitablement, malgré les résistances dites éthiques de la communauté scientifique. Ces résistances découlent de la peur de voir apparaître des singes de plus en plus proches des humains, susceptibles de s'intégrer aux sociétés humaines.

Cependant d'ores et déjà deux expériences ayant permis d'intégrer des gènes provenant de neurones humains chez des embryons de singes ont été réalisées.Elles font suite à des opérations de même nature réalisées chez des embryons de souris. Les souris ayant survécu avaient manifesté de plus grandes facilités à l'apprentissage que des souris non modifiée. Là encore ces expériences ont été interrompues bien que le risque de voir apparaître des souris aussi « intelligentes que l'homme nul.

La première expérience avait été réalisée par des chercheurs chinois sur des singes rhésus et est relatée dans la revue chinoise National Science Review en date du 3 mai 2019 . La seconde, relatée dans un article publié par la revue Science dont on trouvera ci-dessous l'abstract,  a été conduite par des chercheurs allemands du Max Planck Institute of Molecular Cell Biology and Genetics (MPI-CBG), basé à Dresde, associés à des scientifiques japonais.

Ils se sont intéressés au gène ARHGAP11B. Ce dernier est issu d'une mutation du gène ARHGAP11A, qui s'est produite il y a environ 1,5 million d'années le long de la ligne évolutive qui a conduit aux Néandertaliens, aux Dénisoviens et aux humains d'aujourd'hui, après que cette lignée s'est séparée de celle du chimpanzé. Ce gène code pour une protéine connue pour sa capacité à accroître la production de cellules souches de neurones. Ils l'ont implantée dans des embryons de singes ouistitis. Là encore, les chercheurs n'ont pas voulu laisser les embryons donner naissance à des adultes. Ils les ont laissé jusqu'à 100 jours avant leur naissance. Ils y ont constaté une augmentation de la taille du cerveau et des zones néo-corticales responsables des facultés cognitives. On lira sur ce sujet un article de Futura sciences

La crainte de voir apparaître des ouistitis aussi intelligents que des humains paraît prématurée. D'une part les ouistitis sont des singes très petits. Il ne s'agit pas d'orang outangs D'autre part ce que l'on nomme l'intelligence n'est pas seulement liée à la taille et à la richesse en neurones du néocortex-humain. Elle découle de l'insertion immédiate du nouveau-né dans un groupe social humain, voire de ses relations foetales avec sa mère. Enfin, elle n'apparaît qu'après une longue période de formation et d'éducation. Sans elle, les jeunes enfants se comportent très vite en autistes. 

A supposer cependant que des ouistitis ou même des macaques puissent disposer de capacités cérébrales analogues à celles de l'homme, et puissent être éduqués dans une famille humaine de façon à disposer de l'environnement nécessaire à l'intelligence pleine et entière, où serait le mal ? Craindrait-on de les voir devenir plus intelligents que les hommes et éventuellement les combattre ?

Il faut rappeler que dans le même temps, les efforts pour réaliser des entités de synthèse ou entièrement artificielles dotées de capacités intelligentes égales voire supérieures à celles de l'homme continueront à se développer. Les premiers demandeurs malheureusement sont les militaires, faute de crédits civils affectés à de telles recherches.

Référence

Human-specific ARHGAP11B increases size and folding of primate neocortex in the fetal marmoset
18 Juin 2020

https://science.sciencemag.org/content/early/2020/06/17/science.abb2401

Abstract

The neocortex has expanded during mammalian evolution. Overexpression studies in developing mouse and ferret neocortex have implicated the human-specific gene ARHGAP11B in neocortical expansion, but the relevance for primate evolution has been unclear. Here, we provide functional evidence that ARHGAP11B causes expansion of the primate neocortex. ARHGAP11B expressed in fetal neocortex of the common marmoset under control of the gene's own, human, promoter increased numbers of basal radial glia progenitors in the marmoset outer subventricular zone, increased numbers of upper-layer neurons, enlarged the neocortex, and induced its folding. Thus, the human-specific ARHGAP11B drives changes in development in the non-human primate marmoset that reflect the changes in evolution that characterize human neocortical development.
 

  1.  

 

24/06/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire