Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Affaire Fillon et "indépendance" de la Magistrature. Découvrir la Lune

C'est découvrir la Lune qui découvrir, à propos de l'affaire dite Fillon-Houlette, que les magistrats du Parquet dits procureurs publics ne sont pas indépendants du pouvoir politique. Les magistrats du Siège, ceux qui jugent les affaires, le sont un peu plus, mais dans d'étroites limites.

Certes l'on n'est pas en France dans une situation caractérisant les régimes autoritaires, où les magistrats sont directement aux ordres du pouvoir, dont dépend notamment leurs rémunérations et leurs carrières. Mais dans les affaires dites « sensibles » intéressant les majorités politiques, leur indépendance devient très relative.

Il n'est pas nécessaire de remonter très haut dans l'Histoire pour en trouver de nombreux exemples – sans mentionner l'Occupation allemande durant la 2 guerre mondiale où les magistrats français, pourtant nommés sous le Front Populaire, se sont déshonorés en se mettant sans exceptions au service des Allemands. Ceux nommés après la Libération n'ont guère fait mieux, en poursuivant indistinctement les vrais collaborateurs et d'autres prétendus tels qui avaient le malheur de déplaire au nouveau gouvernement.

L'affaire Fillon-Houlette est encore ténébreuse aujourd'hui. Il est difficile de dire à ce jour au service de quels mouvements ou hommes politiques François Fllon et sa femme ont été poursuivis, obligeant le premier à renoncer à se présenter a l'élection présidentielle. Par contre il est clair que nombreux sont ceux parmi les « parquétiers » qui savaient ce qu'il en était et continuent aujourd'hui à faire comme s'ils ne savaient pas.

De ce fait, l'Affaire Fillon-Houlette prend, au moins dans les médias, les proportions d'une affaire d'Etat, déconsidérant inévitablement l'actuel président de la République comme le parti Socialiste qui prétend faire partie de l'opposition. Inutilement de préciser que le bruit fait autour de cette affaire s'étend désormais au niveau de l'Union européenne et ne passe pas inaperçu aux Etats-Unis, dont beaucoup d'institutions sont accusées de corruption au profit des puissances financières et numériques.

Voir à la date du 19/20 https://www.marianne.net/societe/exclusif-la-lettre-de-l-ancienne-patronne-du-pnf-eliane-houlette-la-garde-des-sceaux

Note au 20/06

La procureure générale de Paris Catherine Champrenault vient de dire, dans un message transmis à l'AFP, « regretter que ce qui est le fonctionnement régulier du ministère public soit assimilé à des pressions ». Cf 20 minutes . Eliane Houlette a de son côté déclaré que ses propos à l'Assemblée nationale concernant des pressions de sa hiérarchie dans l'enquête sur l'affaire Fillon, et qui ont suscité l'émoi, ont été « déformés ou mal compris ». Elle tient à faire savoir « qu'il soit bien compris que M. Fillon n'a pas été mis en examen à la demande ou sous la pression du pouvoir exécutif »

 Il semble en effet, selon un magistrat consulté par nous, que Catherine Champrenault et Eliane Houlette ne s'étaient jamais bien entendues. Est-ce à dire que toute cette l'affaire découlerait d'une simple rivalité entre femmes? 

19/06/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire