Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Burqa, multiculturalisme et islamisme

L'association Riposte Laïque publie dans le n° 122 de son périodique, daté du 25 janvier 2010, intitulé « Où va la France des années 2010 » un éditorial expliquant que la gauche se trompe de combat. Au lieu de continuer à se mobiliser au nom de l'antifascisme contre un Le Pen et ses éventuelles troupes, elle ferait mieux de s'en prendre aux vrais fascistes.

Ceux-ci n'hésitent pas à s'imposer par la violence, comme le faisaient les fascistes mussoliniens et hitlériens avant la 2e guerre mondiale. Mais il s'agit plus de l'extrème-droite classique. Il s'agit des représentants de plus en plus nombreux d'un « fascisme politico-religieux » qui s'en prend directement aux institutions de l'Etat républicain et à ceux qui continuent à s'y référer.

Le point important, souligné par l'article, est que ce fascisme politico-religieux n'émane pas seulement des organisations islamiques, salafistes et autres, qui combattent directement les Etats européens pour refaire de l'Europe la terre d'islam que selon elles, elle n'aurait jamais du cesser d'être. Il n'émane pas seulement des résidents des banlieues qui souffrent indiscutablement du chômage et de l'inégalité et sont sensibles aux discours multi-culturalistes dans lesquels ils voient une éventuelle possibilité de promotion n'obligeant pas aux efforts de l'intégration. Il émane de toute une élite bourgeoise bien installée et de longue date dans les classes supérieures et au sein des « élites » intellectuelles. Celles-ci n'agissent pas seulement par snobisme, mais en exprimant des intérêts très réalistes.

Ces intérêts sont ceux des forces de droite au pouvoir, représentants notamment les entreprises diverses et variées, qui ont besoin aujourd'hui comme depuis  la grande période du capitalisme sauvage, de couches de populations misérables, poussées à la révolte et qu'elles peuvent manipuler au profit de leurs ambitions politique.  Quoi de mieux que des anarchistes ouvriers du début du 20e siècle présentés comme terroristes pour justifier les mesures répressives d'un Clémenceau. Quoi de mieux aujourd'hui que des militants islamistes présentés comme terroristes pour justifier les contrôles policiers sur les populations et le maintien de la droite au pouvoir.  Il y a aussi un aspect plus pratique. Si les électeurs effrayés par l'islamisme se préoccupent en priorité de contrer ses progrès, ils ne pourront dans le même temps soutenir les changements de régime économique qui pourraient véritablement diminuer les inégalités ou promouvoir des activités luttant, par exemple, contre les destructions de l'environnement.

Ces forces de droite, ayant intérêt à la promotion de l'islamisme, ne vont pas sans doute aller comme l'avait fait un temps la CIA américaine,jusquà financer directement les salafistes et autres doctrinaires engagés dans le combat contre nos institutions. Elles vont, plus habilement, au nom de l'égalité, du respect de la diversité culturelle, du droit des immigrés à être accueillis même s'ils sont introduits par des mafias espérant faire de certains d'entre eux des mules convoyant de la drogue, tenir un discours culpabilisant à l'égard de tous ceux qui voudraient réagir contre la véritable colonisation des esprits par le fascisme politico-religieux blanc-beur-noir qui veut prendre le pouvoir.  

Si l'on prétend que l' « Appel pour une République multiculturelle et post-raciale » que vient de lancer Lilian Thuramm et avec lui un certain nombre de noms célébrés par les médias est en fait un appel à la dislocation de la société française en la livrant à des multi-culturalismes qui revendiqueront de plus en plus de droits institutionnels, on passe inévitablement pour un raciste et un fasciste.

Si l'on refuse le discours lénifiant, pseudo-philosophique, d'un certain Abdennour Bidar qui dans le Monde du 25 janvier accumule les banalités soi-disant scientifique selon lesquelles le Moi opprimé cherche légitimement tous les moyens de se valoriser et qu'il faut donc traiter la burqa avec le respect qu'elle mérite, on renforce son  profil de raciste, d'intolérant et d'oppresseur. Si l'on ajoute que ledit Bidar est aussi membre du comité de rédaction de la revue Esprit et qu'à ce titre il manifeste la collusion contre la laïcité de toutes les forces religieuses, on complète son profil déjà odieux par celui d'un laïcard insupportable.

Enfin si on lit  avec toute la considération qu'il mérite le témoignage dans France soir d'une jeune femme qui avait eu le tort de se laisser imposer la burqa mais qui a eu le mérite, à l'instigation de Ni putes ni Soumises de la retirer au péril de sa vie, on se fera dire qu'à toutes ces raisons de susciter le mépris des bien-pensants s'ajoute la bêtise d'un naïf qui se laisse tromper par des témoignage bidons destinés à semer la haine raciale et anti-religieuse.

Il reste que le point de vue de Riposte Laïque est suffisamment argumenté pour résister à toutes ces critiques. Il va de soi qu'il s'adresse, non seulement aux citoyens français mais à tous les citoyens européens qui, séduits par le thème du multiculturalisme, ont déjà participé à la dégénérescence de ce qu'il faudra bien nommer avec regret l'identité européenne lorsqu'elle aura disparu.

Voir
* Appel pour « une République multiculturelle et post-raciale ». http://www.respectmag.com/appel-pour-une-r%C3%A9publique-multiculturelle-et-postraciale
* Abdenour Bidar http://abonnes.lemonde.fr/opinions/article/2010/01/23/la-burqa-symptome-d-un-malaise-par-abdennour-bidar_1295649_3232.html
26/01/2010
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire