Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

L'Europe ridiculisée à Haïti

L' Amérique avait de nombreuses raisons d'intervenir à Haïti. L'Europe, et pas seulement la France, en avait au moins autant. Il s'est passé cependant que l'intervention américaine a entièrement occupé l'espace politique et médiatique, tandis que nul n'a vu ni entendu les responsables européens, le président Herman Van Rompuy et la haute représentante Catherine Ashton. Quant à la France, après avoir il est vrai manifesté un peu d'humeur par la voix d'un secrétaire d'Etat vexé d'être tenu à l'écart, elle est rapidement rentrée dans le rang à l'initiative de Nicolas Sarkozy. Il ne fallait pas paraître disputer sa prééminence à l'Amérique.

Pourquoi cet effacement européen? Parce que l'Europe a toujours refusé de se doter d'une force de réaction rapide. On aurait très bien pu imaginer que les Européens aient envoyé deux ou trois BPC (bâtiments de projection et de commandement )  de la classe Mistral pour convoyer les effectifs civils et militaires d'assistance destinés à Haïti,  plutôt qu'envoyer des avions civils qui se posaient où ils pouvaient mais pas à Haïti.  Cela, aux yeux des Haïtiens comme du reste du monde, y compris aux Européens eux-mêmes, aurait montré que l'Europe existait, à la fois au plan humanitaire et au plan géopolitique. 

Mais malheureusement les Etats-Unis étaient les seuls à pouvoir monter pareille opération, aussi vite et aussi massivement. Ce qui a compté était leur capacité militaire digne de la superpuissance  technologique qu'ils sont de moins en moins dans les autres domaines. Seule l'armée américaine pouvait déplacer 10 000 hommes et leur matériel,  prendre le contrôle d'un aéroport, en assurer le fonctionnement en quelques jours, aujourd'hui rendre le port maritime réutilisable , sans oublier l'envoi d'un navire-hôpital disposant de 1 000 lits et de plusieurs salles d'opération.

En 2010 et plus encore demain, avec les grandes crises climatiques, la puissance ne se mesurera pas seulement en termes économiques et monétaire. Elle s'appréciera à la capacité de mener des opérations humanitaires de grande ampleur. Celles-ci ne seront évidemment pas seulement humanitaires, elles seront aussi conçues et conduites pour décourager, comme cela vient d'être fait par les Etats-Unis dans les Caraïbes, les réfugiés de la misère d'envahir en masse le territoire de la puissance bienfaisante.

Les gouvernements européens se refusent à voir que dans l'avenir, ils ne pèseront pas lourds face aux convoitises du reste du monde s'ils manquent des moyens aériens, maritimes, et logistiques d'intervenir à la source des troubles plutôt qu'attendre passivement le débarquement des misérables, comme cela vient de se faire en Corse dans la nuit du 21 au 22 janvier. Rien d'étonnant. Le budget militaire cumulé des Vingt-Sept représente 220 milliards d'euros, celui des Etats-Unis, 450 ; par habitant, l'Union européenne  consacre 350  euros à la défense, l'Amérique 1 500. Puissance économique, l'Europe reste un nain militaire, aux budgets en régression constante. Personne ne s'en inquiète. Nous sommes dans l'Otan, n'est-ce pas?
22/01/2010
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Les USA auraient provoqué le tremblement de terre d\'Haïti
24/01/2010 19:47:57 | Par : Dejoue
Vous savez que selon Alterinfo http://www.alterinfo.net/ les USA aurait provoqué le tremblement de terre à Haïti, à la fois pour tester une nouvelle arme sismique et pour mieux mettre la mains sur les matières premières rares dont regorgerait l'ile. Mais peut-on croire de telles infos? Il n'est pas mauvais cependant de les garder dans un coin de la tête.
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire