Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Une immigration posant de plus en plus de problèmes de sécurité

Nous lisons ce qui est relaté ci-dessous dans une publication destinée en premier lieu à l'information des magistrats et qui n'est pas mise librement à la disposition du grand public.

Il nous est proposé de la rediffuser ici compte-tenu de son intérêt général, ce que nous faisons volontiers après réflexion. Nous y joignons un commentaire.

Information

Deux hommes ont été mortellement blessés à l'arme blanche dans la nuit de lundi à mardi 19 mai dans un centre d'accueil de migrants à Ris-Orangis (Essonne) et un suspect a été interpellé, a-t-on appris de sources concordantes.

Vers 1H00 du matin, des effectifs de police sont intervenus dans un centre Coallia, où un Sénégalais de 42 ans et un Ivoirien de 29 ans ont été retrouvés blessés à l'arme blanche, a indiqué une source policière.

L'un se trouvait dans sa chambre, l'autre à l'extérieur du foyer d'hébergement. Les victimes ont rapidement succombé à leurs blessures malgré l'intervention des secours.

Sur la base d'un témoignage, un suspect, qui avait pris la fuite, a pu être localisé peu avant 03H00, caché sur un site appartenant à la Macif, à proximité des lieux, selon la même source. 

Blessé à une main, ce Malien de 36 ans a été interpellé sans incident. Il était également hébergé dans le foyer, a indiqué la direction de la structure.

L'origine du différend reste pour l'instant inconnue. La Sûreté départementale de l'Essonne a été saisie.

Notre commentaire

Cette information apparemment banale évoque un grave de problème de sécurité. Celui-ci ne concerne pas seulement la France mais tous les Etats sud-européens qui ont toujours très largement accueillie une immigration d'origine africaine. Initialement cette immigration avait été encouragée par les entreprises européennes à la recherche d'une main-d'œuvre peu exigeante. Mais aujourd'hui, elle submerge les capacités d'accueil des pays européens, notamment de la France.

Ces migrants sont présentés comme des réfugiés économiques ou politiques. Il est prévisible qu'avec l'extension de l'épidémie de coronavirus en Afrique subsaharienne, le nombre des migrants puisse prendre des proportions considérables. Les associations humanitaires présenteront ce phénomène comme une bonne chose. Mais les autorités de police et de justice en charge d'un minimum de maintien de l'ordre sur le territoire européen commencent à s'inquiéter.

Ces migrants proviennent d'Etats, de régions, de zones d'influence ethniques ou religieuses qui sont de plus en plus en lutte entre elles sur le continent africain. Ils importeront inévitablement ces conflits en Europe et notamment en France, où ils disposent de solides appuis politiques et administratifs provenant notamment de leurs prédécesseurs depuis longtemps installé et présentés comme assimilés.

Qui connaît un tant soit peu ce que l'on nomme pudiquement les grandes banlieues urbaines sait que les conflits entre Africains de diverses origines y sont fréquents, sans mentionner les conflits avec des populations d'origine nord-africaine.

De plus, dans les prochains mois, il faudra prendre en considération la volonté de conquête des organisations islamiques momentanément mises en échec au Moyen-Orient. Elles ont annoncé leur intention d'envoyer en Europe et notamment en France, des « combattants  pour l'Islam » qu'il vaudrait mieux nommer de futurs terroristes. Il semble que des contacts aient déjà établis avec les musulmans présents en Europe, dont une grande partie provient d'Afrique noire subsaharienne.

Est-ce à dire qu'il faudrait en France refuser tous les nouveaux migrants d'origine africaine, ou tout au moins les héberger dans des centres d'accueil suffisamment nombreux (et fermés) en attendant qu'ils aient pu prouver aux rares autorités de police disponibles pour cette tâche difficile la pureté de leurs intentions ?

Sans faire preuve de pessimisme, il est très probable qu'aucune de ces mesures ne sera décidée et à plus forte raison, si elles le sont, ne seront applicables.

19/05/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire