Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Washington champion mondial de la liberté religieuse.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo avait  annoncé en février 2020 la création, avec sa bénédiction si l'on ose dire, d'une International Alliance for Religious Freedom autrement dit une Alliance Internationale pour la Liberté religieuse.

On trouve sur le site du Département d'Etat américain une déclaration de principe concernant cette alliance. Il s'agit entre autres de protéger les minorités religieuses de toutes persécutions et de défendre la liberté de croyance. Quoi de plus honorable que cela, mais pourquoi le Département d'Etat américain décide-t-il maintenant de défendre cette noble cause ?

L'alliance comprendra dans un premier temps, nous citons : « Albania, Austria, Bosnia and Herzegovina, Brazil, Bulgaria, Colombia, Croatia, Czech Republic, Estonia, Gambia, Georgia, Greece, Hungary, Kosovo, Israel, Latvia, Lithuania, Malta, Netherlands, Poland, Senegal, Slovakia, Slovenia, Togo, Ukraine and Great Britain ».

On peut soupçonner le Département d'Etat, et en arrière plan Donald Trump, non pas de défendre la liberté religieuse, que nul ne menace, sauf il est vrai les islamistes dans un certain nombre de pays arabes, mais de se donner la possibilité de mieux combattre sur le plan des idées la Russie et la Chine 1).

Or ces deux puissances ne persécutent pas à ce jour les minorités religieuses sur leur territoire. Certes en Russie l'Eglise patriarcale dominante peut paraître parfois un peu sectaire, mais jamais Moscou n'entendra se faire des ennemis des représentants d'autres religions. Il en est de même de la Chine. L'œcuménisme le plus libéral leur permet de s'appuyer sur de larges minorités.

La liste des membres de l'Alliance permet d'envisager une autre hypothèse. Il s'agit de resserrer les liens politiques avec les pays considérés, à un moment où les aberrations et les incohérence de la politique extérieure de Donald Trump commencent à décourager les plus américanophiles, même dans les Etats proches de Washington sur le plan de la politique internationale, tels Israël, la Grande Bretagne ou aujourd'hui le Brésil.

Concernant les pays africains enrôlés dans cette sainte alliance, on remarquera qu'ils intéressent particulièrement Washington dans son actuel effort pour étendre son influence en Afrique sub-saharienne.

On peut mieux comprendre la création de l'Alliance au nom de la défense des libertés religieuses en se souvenant que la religion a toujours été un prétexte servant aux gouvernements autoritaires, depuis les guerres de religions, pour rassembler les populations sous leur contrôle et intervenir dans les affaires des autres pays. Il y a environ 2,5 milliards de personnes dans le monde se rattachant par divers titres au Christianisme. Cette religion peut, comme dans un domaine tout différent le cinéma hollywoodien, leur faire oublier la volonté américaine de les maintenir sous influence.

Le cas de l'Ukraine est significatif. Depuis quelques mois, le gouvernement de Kiev proche de Washington a favorisé la création d'une nouvelle Eglise orthodoxe d'Ukraine qui, à la différence de la précédente Eglise Orthodoxe Ukrainienne, entend combattre l'influence de la Russie dans ce pays. Mike Pompeo le sait puisqu'il avait fortement encouragé, avec un certain nombre d'avantages matériels, la création de cette nouvelle Eglise orthodoxe d'Ukraine. Après un récent séjour à Kiev, il avait loué, ce qui est insolite dans les usages diplomatique, l'engagement de cette nouvelle Eglise à combattre l'influence politique de Moscou.

Reste encore à embrigader la Papauté à Rome. L'actuel Pape n'est pas hostile aux Etats-Unis, mais il pourrait les défendre avec plus de ferveur.

1) Faut-il rappeler que le complexe militaro-industriel américain continue à financer en Syrie des forces terroristes islamistes combattant Bashar al Assad dans le but de pouvoir maintenir la présence américaine dans les champs pétroliers de Deir Es Zor ? 

19/05/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire