Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Pourquoi si peu de crédits pour la recherche de vaccins contre le coronavirus ?

La question mérite d'être posée, alors que le virus se répand de plus en plus dans le monde et que le nombre de ses victimes, sans approcher  ceux d'autres épidémies, telle la grippe espagnole, ne cesse de s'élever.

Les laboratoires, notamment en Chine, consacrés à cette recherche, paraissent à première vue relativement nombreux. Mais ils n'annoncent pas encore de résultats décisifs. Les crédits qui leur sont consacrés paraissent infimes au regard des centaines de milliards de dollars qui sont dépensés sans hésitation tant par le Chine que par les autres grandes puissances, dans le domaine de la recherche militaire.

Certains virologues répondent que dans le domaine de la recherche en matière de vaccins, l'argent ne suffit pas. Il faut des spécialistes qui sont encore trop peu nombreux et qui sont difficiles à recruter et former. Certains vont plus loin, en affirmant l'impossibilité de mettre au point un vaccin efficace contre ce type de coronavirus. Il reste qu'il est indiscutable, en ce domaine comme en beaucoup d'autres, que plus les crédits sont abondants, plus vite ils apportent des solutions.

Aujourd'hui, dans les milieux médicaux et scientifiques circulent des explications dont le moins que l'on puisse dire est qu'elles sont étranges. Ainsi, trouve-t-on dans le journal Nature, réputé par son sérieux, en date du 24 avril, l'affirmation que la vogue de l'hydroxichloroquine décourage la recherche d'autres antiviraux. Voir Chloroquine hype is derailing the search for coronavirus treatments. En France, le site Futura-Sciences reprend le 29 avril l'accusation

Faut-il rappeler que le Pr Didier Raoult s'était fait connaître mondialement en recommandant d'utiliser un traitement peu coûteux pour traiter les malades atteints par le Covid 19. Celui-ci associe un antiviral déjà connu, l'hydroxychloroquine, avec un antibiotique permettant de faire face aux complications infectieuses. Critiqué comme insuffisamment prouvé, ce traitement est aujourd'hui reconnu comme efficace. On pourra lire ainsi sur le site médical medrxiv un article dont le titre parle de lui-même Hydroxychloroquine application is associated with a decreased mortality in critically ill patients with COVID-19

Il ne nous appartient pas ici de juger si la chloroquine est ou non efficace. Par contre, pour en revenir au propos du présent article, nous sommes surpris de constater qu'à ce jour encore la recherche médicale mondiale est incapable de répondre à cette question. Elle est encore moins capable de proposer des vaccins qui, en faisant disparaître le coronavirus et ses agressions, permettraient de ne plus s'interroger indéfiniment sur l'efficacité ou la non-efficacité de la chloroquine pour sauver des vies.

11/05/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire