Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Le refus des « corona bonds » illustre la possible mort prochaine de l'Union européenne

Ce terme désigne des bonds du trésor communs aux Etats européens qui permettraient de mutualiser la dette de chacun d'entre eux.

Il en résulterait que les pays les plus endettés verraient une parti de leur dette prise en charge par les plus riches. Jusqu'à ces derniers mois, le concept en avait été refusé par l'Union européenne, afin de ne pas encourager le laxisme budgétaire de certains Etats.

Avec la crise du coronavirus, les Etats les plus touchés, l'Italie en premier lieu, demandent que l'Union par cette méthode les aident à supporter les baisses catastrophiques d'activité qu'elle ressent déjà et envisage pour les prochains moins. Emmanuel Macron avait récemment marqué l'intérêt de la France pour cette solution. Mais les Etats les plus riches et pour le moment les moins atteints par le coronavirus, ont refusé cette solution. Il s'agit en premier lieu de l'Allemagne et des Pays Bas. A chacun de se débrouiller.

A Rome, ce refus a été très mal ressenti. Il constitue une nouvelle preuve du fait que l'Union européenne ne sait imposer que des contraintes, souvent d'ailleurs inutiles, plutôt qu'apporter des aides. Certes quelques malades graves ont pu être transportés d'Italie vers des hôpitaux de pays voisins, mais il ne s'agissait que d'initiatives individuelles et non d'une politique systématique recommandée par l'Union.

Au niveau de la Commission européenne, aucun accord n'a pu aujourd'hui encore se faire sur des politiques partagées de lutte, excepté la fermeture des frontières communes de l'Union avec l'extérieur, que chaque pays d'ailleurs serait obligé de surveiller, avec des moyens très inégaux.

Mais dira-t-on, que pourrait faire Bruxelles ?

Des décisions communes, soutenues par les ressources financières de l'Union, pourraient être prises. Dans l'immédiat, il s'agirait d'encourager la fabrication à grande échelle des masques de protection et des appareils d'aide respiratoire qui manquent partout. Le résultat ne serait pas immédiat, mais serait indispensable au cas probable de prolongation de l'épidémie. Par ailleurs des crédits importants devraient être mis à la disposition des laboratoires nationaux engagés dans la poursuite d'un vaccin et dans la recherche d'un médicament efficace. Au plan économique, le soutien financier aux pays les plus atteints serait indispensable pour leur permettre de faire face aux pertes de production résultant des mesures de limitation des échanges, et aujourd'hui de confinement.

Le président de la République italienne, Sergio Mattarella. a été obligé de rappeler que  La solidarité ne correspond pas seulement aux valeurs de l'Union, elle est dans l'intérêt de tous », Mais il est encore seul à le dire. Le chacun pour soi reste la règle.

Cette épreuve marquera-t- la mort politique prochaine de l'Union, chaque Etat désirant désormais reprendre son indépendance ? Dans l'immédiat ceci ne lui apportera pas de solution pour lutter contre l'épidémie et ses conséquences économiques. Mais l'Union européenne apparaîtra de plus en plus comme imposant à tous des contraintes dont l'Allemagne est la principale bénéficiaire, et derrière l'Allemagne les multinationales financières principalement américaines. A quoi bon ces contraintes si les pays les plus en difficulté n'en voient pas le retour ?

Pour en savoir plus

Sur ce sujet, on lira notamment les articles bien plus détaillés de Martine Orange dans Mediapart, en particulier

https://www.mediapart.fr/journal/international/020420/avec-l-italie-l-europe-rendez-vous-avec-l-histoire?page_article=2

Note au 03/04, 20H

Un plan Marshall pour assurer l'avenir de l'Europe?

https://www.europe1.fr/international/coronavirus-von-der-leyen-veut-un-plan-marshall-pour-assurer-lavenir-de-leurope-3959517

A voir, mais qui paiera? Et de quel avenir s'agira-t-il, sinon celui des entreprises financières internationales omniprésentes à Bruxelles?

03/04/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire