Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La Chine pratique la génétique de synthèse d'une façon dangereuse

La génétique de synthèse est aujourd'hui de plus en plus pratiquée. Mais celle comportant des manipulations de gènes humains avait fait jusqu'ici l'objet d'une forte opposition.

Avec un peu d'imagination, on pourrait y voir en effet les prémices d'un être hybride entre l'espèce humaine et d'autres espèces animales. Faudrait-il alors lui reconnaître les droits d'un humain ?

Cependant les généticiens chinois  ne renoncent pas à utiliser des gènes humains en petit nombre afin de les ajouter à ceux d'un animal. Celui qui est généralement choisi à cette fin est le porc, espèce relativement proche de l'espèce humaine sur de nombreux points. C'est ainsi que des chercheurs de l'université de Nanchang en Chine viennent d'annoncer avoir réussi la greffe d'éléments de peau de porc sur des singes. Il ne s'agit pas encore d'hommes, mais l'on s'en rapproche.

Ils avaient utilisé la technique CRISPR gene editing. L'édition des gènes CRISPR est une technique de génie génétique en biologie moléculaire par laquelle les génomes des organismes vivants peuvent être modifiés. Il est basé sur une version simplifiée du système de défense antiviral bactérien CRISPR-Cas9.

La greffe a résisté plusieurs jours avant d'être rejetée par le système immunitaire, comme cela aurait le cas avec une peau non génétiquement modifiée. L'équipe entend poursuivre des recherches en ce sens en tentant de telles greffes sur des humains ayant souffert de brûlures étendues. Par ailleurs, en décembre 2020 l'entreprise de biotechnologie chinoise Qihan Bio, associée avec eGenesis aux Etats-Unis, a créé des porcs comportant plusieurs gènes humains dans lesquels des douzaines de gènes de porcs avaient été détruits. Des essais de greffes sur l'homme sont en préparation, bien qu'un risque de cancer en découlant n'est pas exclu.

Qu'en serait-il du coronavirus

On remarquera que des internautes chinois et des experts soupçonnent aujourd'hui le laboratoire P4 de recherche biologique de Wuhan d'être à l'origine du coronavirus dit aujourd'hui 2019-nCov. Des recherches de génie génétique y étaient réalisées concernant les génomes des virus. Il est très possible qu'un de ces virus expérimentaux se soit du fait d'une maladresse répandu dans la nature, créant la souche coronavirus. Les laboratoires chinois seraient très mal réglementés, au regard des normes sécuritaires imposées en Europe. Des pratiques non éthiques et non professionnelles y sont fréquentes. 

Pour en savoir plus concernant le porc, voir

https://www.newscientist.com/article/2231579-human-genes-have-been-added-to-pigs-to-create-skin-for-transplants/

Sur le coronavirus, voir un article de Challenges daté du 23 janvier

https://www.challenges.fr/entreprise/sante-et-pharmacie/coronavirus-en-chine-apres-le-sras-la-sulfureuse-cooperation-franco-chinoise-a-wuhan_695165

13/02/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire