Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La cyber-guerre se développe en Syrie

Un Airbus-320 transportant 172 passagers a effectué un atterrissage d'urgence jeudi 6 sur la base aérienne de Hmeimim après avoir évité de peu des missiles de défense antiaérienne syriens déclenchés par un raid israélien près de la capitale Damas, a déclaré vendredi le ministère russe de la Défense, cité par l'agence de presse RIA.

Le vol 6Q514 de la compagnie aérienne syrienne Cham Wings Airlines a donc été contraint d'atterrir sur cette base aérienne russe située à plus de 300 kilomètres de l'aéroport de Damas, dans l'ouest de la Syrie. SS

Selon le site iranien presstv,  à peine 24 heures après avoir pris pour cible le sud et l'est de l'aéroport international de Damas, Israël a tenté de leurrer par cyberattaque interposée le système de radar de la DCA syrienne et de provoquer un "tir-ami" en direction de l'Airbus A320 en provenance de Téhéran, un peu comme il l'aurait fait en septembre 2018 quand un IL-20 russe a été détruit par un tir de S-200 syrien avec 15 officiers à bord.

Ces informations, évidemment difficilement vérifiables, posent cependant une question majeure : est-il désormais possible de leurer les batteries anti-aériennes et antimissiles existantes en y introduisant des données les rendant incapables de distinguer les vols « amis » des vols ennemis. Connaissant les progrès actuels rapides de la cyber-guerre, ceci n'aurait rien d'étonnant.

On peut se demander si les batteries S 400 Triumph russes actuellement en cours de livraison à la Turquie comportent de tells données. Il est quasi certain par contre que les batteries S 600 et les futurs S 700 russes présentés comme pouvant couvrir l'ensemble de la planète comportent ou comporteront des moyens leur permettant de se protéger de futures cyber-attaques les rendant inutilisables. La réponse paraît affirmative.

On peut également se demander si Israël dispose de telles cyber-compétences en propre ou si elles ne lui pas fournies par les Etats-Unis. Ce qui est certain est que les ingénieurs informaticiens israéliens et américains coopèrent en permanence. 

peu des missiles de défense antiaérienne syriens. (Photo illustration STEPHAN AGOSTINI / AFP)

08/02/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire