Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Plusieurs dizaines de bases américaines menacées au Moyen Orient et dans le Golfe Persique

A la suite de l'assassinat en Irak par un drone américain du général iranien Qassem Suleimani et de plusieurs autres hauts responsables , le guide de la Révolution iranienne Sayyed Ali Khamenei avait annoncé que l'Iran se vengerait.

Mais il n'avait pas précisé, on le comprend, de quelles façons ni quand.

Aujourd'hui, à la suite de l'attaque par des missiles iraniens de la base américaine d'Ayn al-Assad en Irak, ayant provoqué selon des sources iraniennes plusieurs dizaines de morts parmi les militaires américains, pertes niées par le Pentagone qui a seulement parlé de "lésions cérébrales", la riposte iranienne se précise.

L'armée américaine possède une trentaine de bases militaires au Moyen Orient, dans le Golfe Persique et dans les Etats voisins. Toutes sont à la portée des missiles iraniens. Contre ces missiles, les défenses anti-missiles américaines se sont montrées impuissantes à Ayn al-Assad . Faute de pouvoir être renforcées rapidement elles seraient sans doute de même incapables de prévenir des frappes de missiles iraniens visant ces bases.

Or l'Iran dispose depuis au moins deux ans de centaines de missiles. Ceci veut dire que Téhéran pourra, s'il le juge utile, bombarder toutes ces bases, ce qui entraînerait l'évacuation de la plupart d'entre elles par les Américains. Certes, l'armée américaine pourrait riposter en bombardant des sites miliaires iranien sur le territoire de l'Iran, mais dans ce cas il s'agirait d'une véritable entrée en guerre contre l'Iran, ce qui provoquerait immédiatement, comme Vladimir Poutine l'avait annoncé, une intervention militaire russe, pouvant dégénérer en guerre mondiale.

On peut penser que Donald Trump, dans ces conditions, doit regretter d'avoir décidé la mort de Qassem Suleimani. Il a mis en danger l'ensemble de la présence américaine dans cette partie du monde.

* Sur ce sujet, voir Sputnik du 02/02/2020
https://fr.sputniknews.com/international/202002021042992271-pour-les-pasdaran-les-lesions-cerebrales-des-soldats-us-sont-une-metaphore-de-deces/

 

02/02/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire