Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Boris Johnson renationalise, Macron privatise

Le gouvernement de Boris Johnson a annoncé le 29 janvier 2020 la renationalisation des lignes ferroviaires du nord de l'Angleterre, que gérait jusque-là la filiale de Deutsche Bahn Arriva

C'est la deuxième nationalisation en deux ans, après celle des lignes de l'est de l'Angleterre à la mi-2018, jusque-là opérées par Virgin Trains East Coast. D'autres pourraient suivre, telles celles des South Western Railways, selon le gouvernement britannique. Elles répondent à une revendication formulée depuis longtemps par les syndicats britanniques. 

Ce phénomène a d'autant plus retenu l'attention que, depuis la fin de la 2e guerre mondiale, les différents gouvernements, qu'ils soient dirigés par le parti libéral ou le parti travailliste, ont progressivement vendu au secteur privé la plupart des services publics industriels et commerciaux. Le retrait de l'Etat de toutes ses responsabilités économiques, sauf dans le domaine de la défense, était devenu le symbole du libéralisme politique. Celui-ci était présenté aux gouvernements européens comme le modèle à suivre par les différentes organisations patronales et leurs représentants dans les insitutions publiques. 

Pendant longtemps, en France, les nationalisations de 1946, ayant suivi la Libération, étaient restées des acquis de la social-démocratie considérés comme intouchable par les différents gouvernements, même sous Charles de Gaulle. Au sein de l'Union européenne, gouvernée dès sa création par les représentants des grands intérêts financiers et industriels internationaux, la France était devenue au yeux de ceux-ci une exception à détruire. Ceci s'est fait progressivement, mais discrètement.

L'arrivée d'Emmanuel Macron au pouvoir, d'abord comme ministre puis comme président de la République a concrétisé les dénationalisations en France. Ainsi un « fonds pour l'industrie et l'innovation » supposé contribuer à des projets privés innovants - dont aucun à ce jour n'a été clairement défini - sera financé ,par la vente des participations de l'Etat, notamment dans Aéroport de Paris, Engie et la Française des jeux. Les syndicats redoutent que d'autres ventesne  soient envisagées, en particulier à la SNCF. Cette crainte justifiée a beaucoup contribué aux grands mouvements de grève de la fin de 2019.

Il ne faut donc pas s'étonner que les renationalisations de Boris Johnson n'aient été que très discrètement évoquées par les médias français officiels.

 

 

31/01/2020
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire