Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Des chalutiers géants en Manche

La télévision française (2e chaine) semble avoir découvert le 01/11 l'existence du chalutier géant hollandais Margiris, péchant en Manche et plus particulièrement dans le Pas de Calais, zone fragile s'il en est.

On peut y constater que ce chalutier rejette à la mer des quantités considérables de poissons qu'il considère comme invendables. On y entend aussi un pécheur artisanal français indiquer que si ceci continue, il en résultera rapidement la ruine de la cinquantaine de petits chalutiers français respectant un minimum de règles destinées à éviter un dépeuplement trop rapide de la Manche.

Mais cela pose la question de savoir pourquoi rien est fait ni dans l'Union européenne ni en France pour interdire cette pratique désastreuse. Seule Greenpeace s'en inquiète, non pas en France mais en Australie, où le poisson est pourtant bien moins menacé, en dehors de certains étroits estuaires.e

On lit dans Notre Planète du 27 octobre 2019 s

Plusieurs imposants navires de pêche industrielle sont à l'oeuvre dans la Manche, ils vident littéralement cette mer de ses poissons, laissant des miettes aux artisans pêcheurs français et anglais. Une illustration de l'irresponsabilité de la pêche industrielle, en Europe.

Deux navires usines pêchaient dans la Manche entre le 10 octobre et 25 octobre 2019. Il s'agit du Margiris, l'un des plus gros chalutiers du monde (Hollandais, interdit de pêche en eaux australiennes depuis 2013) et d'Annie Hillina - (Chalutier géant Allemand). Ils ruinent autant la vie aquatique que les petits pêcheurs (notamment français) qui doivent se contenter de ce qu'il reste.

Le Margiris est un chalutier géant de près de 9 500 tonnes et de 143 mètres de long. Au 14 octobre 2019, il pêchait au large de la ville anglaise de Brighton, dans la Manche, à seulement 25 km de l'Annie Hillina, un bateau usine de près de 2 500 tonnes et 84 mètres de long. Tous les deux ont plus de 35 ans d'âge (construits en 1985 et 1981 respectivement).

Déjà en août 2012, Greenpeace avait perturbé le Margiris dans son arrivée au port de Port Lincoln en Australie.

Ces navires sont respectivement hollandais et allemand. Leur construction ne date pas d'hier, non plus que leur stationnement dans certains ports européens. Il était facile de prévoir qu'utilisés en Manche, ils auraient des effets désastreux. Or ceux qui protestent aujourd'hui, comme les médias qui relaient leurs protestations, auraient pu ne pas attendre octobre 2019 pour prévoir le phénomène et demander aux « autorités » de prendre des mesures d'urgence. Certes, celles-ci auraient fait valoir que la liberté du commerce et de l'industrie , ainsi que celle de pécher en Manche, sont inscrites dans les textes légaux. Mais ceci n'est en rien une excuse. Les textes peuvent être modifiés, mais à titre unilatéral, si leur application entraîne des conséquences jugées désastreuses.

En réalité, les pouvoirs publics ont démontré une nouvelle fois leur indifférence complète à l'égard de la mer et des activités, fussent-elles prédatrices, qui s'y exercent.


 

02/11/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire