Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Un nouvel Etat, celui de la Diaspora Africaine

Depuis le sommet de l'Union africaine en juillet 2018, un « État de la diaspora africaine » a été officiellement créé. Il vise à rassembler trois cent cinquante millions d'Afro-descendants dans le monde.

 Il ne concerne évidemment pas la population de l'Afrique proprement dite. Celle-ci est majoritairement noire et compte 1,3 milliard de personnes en 2019. Selon les projections démographiques, dans les années 2050 la population de l'Afrique se situerait entre 2 et 3 milliards puis 4,4 milliards en 2100 ce qui entraînerait des bouleversements politiques, culturels et écologiques majeurs à l'échelle de la planète toute entière.

Le 24 octobre 2019, le gouvernement de l'Etat de la Diaspora Africaine a présenté ses premières actions et ses chantiers en cours. Cet événement est à ce jour passé quasiment inaperçu en France. Pourtant il concerne directement non seulement les citoyens français d'origine africaine, y compris ceux des Antilles, mais l'ensemble des citoyens français.

L'Union Africaine compte cinq zones géographiques (Nord, Sud, Est, Ouest et Centre). Mais depuis 2003, une sixième région a été officiellement ajoutée dans les statuts : la diaspora africaine. Cette entité s'est aujourd'hui transformée en un État avec un gouvernement propre, dont Louis George Tin, ancien président du Cran (Conseil représentatif des associations noires de France), est le Premier ministre. Celui-ci est un universitaire martiniquais, connu jusqu'ici en tant que militant contre l'homophobie et le racisme Il préside le cercle de réflexion République & Diversité, dont il est le fondateur. C'est un ancien élève de l'École Normale Supérieure, il est agrégé et docteur ès lettres (voir image) 

Selon George Tin (voir interview référencé ci-dessous)  : Avec près de 350 millions d'habitants, la Diaspora africaine constitue le « troisième pays » du monde après la Chine et l'Inde, mais devant les Etats-Unis (323 millions), l'Indonésie (258 millions) et le Brésil (205 millions). Jusqu'ici, elle n'était pas vraiment structurée, et elle n'était qu'une entité internationale en puissance. C'est pourquoi nous avons voulu mobiliser les énergies en lançant officiellement l'Etat de la Diaspora Africaine : notre objectif est de renforcer l'Afrique par la diaspora, et la diaspora par l'Afrique.

Il est difficile de juger à ce jour ce que sera le rôle effectif de ce nouvel Etat de la Diaspora Africaine. Combien de personnes d'origine africaine se reconnaîtront elles en lui et le rejoindront, tant en France que dans le reste du monde ? Comment fonctionnera-t-il, notamment pour que les citoyens d'origine africaine puissent y jouer un rôle effectif et n'y voient pas un simple groupe de pression au service de quelques individus ? Se bornera-t-il à une simple action psychologique et sinon, recherchera-il des financements, tant auprès des Etats concernés qu'auprès de ses « citoyens » ? Si oui, à quoi affectera-t-il ces financements ?

Ses fondateurs ont sans doute pensé au rôle informel mais considérable que joue dans le monde la diaspora juive. Le pilier en est évidemment l'Etat d'Israël, mais dans beaucoup de pays, ceux qui se reconnaissent comme Juifs et veulent en tant que tel jouer un rôle politique sont nombreux. L'exemple le plus connu est celui de l'AIPAC,  American Israel Public Affairs Committee dont l'influence est considérable, bien que souvent mal connu. Certes les citoyens d'origine africaine ne disposent que de peu de ressources et ne sont pas généralement représentés dans les institutions. Mais en se regroupant progressivement, y compris par Internet, ils pourraient ambitionner jouer des rôles nationaux et internationaux considérables. 

Ceci d'autant plus que la population de l'Afrique, qui est noire dans sa très grande majorité, ne cessera comme rappelé ci-dessus de s'accroître d'ici la fin du siècle, avec un taux de reproduction de 6 enfants par femme


Pour en savoir plus, voir France 24 du 16/10 https://www.france24.com/fr/20191016-diaspora-africaine-etat-union-louis-georges-tin-citoyennete-gouvernement

Voir aussi un interview de Louis George Tin, son Président désigné par l'Union Africaine
https://www.france24.com/fr/20191016-diaspora-africaine-etat-union-louis-georges-tin-citoyennete-gouvernement

Sur un mode plus critique, voir Boulevard Voltaire
https://www.bvoltaire.fr/les-fondements-ambigus-de-letat-de-la-diaspora-africaine/

 

27/10/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire