Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Pourquoi le harcèlement moral dans l'Administration française ?

Peu de commentaires ont été faits en France concernant la récente mise en examen du vice-président du Conseil d'Etat, 2e personnage de l'Etat, un certain Bruno Lasserre, (nous citons son nom car l'affaire est publique).

Cette mise en examen est faite au motif de "complicité de harcèlement moral" dans le cadre de l'enquête sur le suicide probable d'Alain Mouzon, un fonctionnaire de l'Autorité de la concurrence, instance administrative indépendante. Ce suicide avait eu lieu le 27 mars 2014. Alain Mouzon n'aurait pas résisté à l'ambiance de « management toxique et disqualifiant », selon les termes de l'instance de prévention des risques psychosociaux qui avait été saisiee de cette situation dès 2013.

Or Bruno Lasserre la dirigeait depuis plus de 10 ans. L'enquête dira quelle a été la responsabilité personnelle de celui-ci. Nous ne commenterons pas davantage ici cette affaire. Par contre elle nous donne l'occasion d'évoquer l'épuisement moral et souvent les suicides qui surviennent dans les administrations publiques pour cause de surmenage, et pas seulement dans la police. Celui-ci est généralement aggravé par des chefs qui se comportent vis-à-vis de leurs subordonnés d'une façon dictatoriale, au lieu de partager avec eux le poids des affaires.

Partout en effet, dans le secteur public comme dans le secteur privé, se trouvent des supérieurs qui abusent de leur position dominante. L'élément nouveau aujourd'hui est que l'administration publique en France se trouve soumise à des restrictions permanentes d'effectifs et de moyens alors que ses responsabilités et sa charge de travail ne cessent d'augmenter. On pourrait dire la même chose du pouvoir judiciaire, lui aussi confronté à des responsabilités de plus en plus nombreuses alors que ses effectifs ne cessent de diminuer, pour cause d'austérité.

Dans les années qui ont suivi la Libération, les services publics comme les entreprises privées avaient participé ensemble au redressement de la France, dans le cadre de ce qui a été nommé les Trente Glorieuses. Mais depuis quelques années, sous l'influence de l'idéologie américaine reprise en France par les GAFAM, ou Géants du Web Mondial très dépendants des intérêts du néocapitalisme de Wall Street, le secteur public français est déconsidéré et privé de moyens. La principale raison en est que les fonctionnaires s'efforcent encore de contrôler pour le bien de l'intérêt général les abus pour ne pas dire les exactions d'entreprises franco-américaines n'ayant souvent de français que le nom.

On sait que la fraude fiscale en France, provenant essentiellement de ces entreprises, atteint les 100 milliards d'euros. Sans cette fraude, il n'y aurait pas de déficit budgétaire puisque le montant de celui-ci est voisin de 100 milliards. Or qui lutte contre la fraude fiscale ? Ce sont les fonctionnaires des services publics chargé de la répression de ce type de délit. Il en est de même dans tous les autres domaines, concernant par exemple les atteintes à la santé publique résultant des fraudes délibérées de certains producteurs travaillent au service des grandes entreprises internationales.

Il n'est pas étonnant dans ces conditions que pour tous ces fraudeurs potentiels ou avérés, moins il y aura de fonctionnaires publics ou de magistrats, plus leur bénéfices illicites seront importants. Ceci vaut bien quelques suicides pour surmenage parmi ces derniers

NB à la date du 11/10

On lira ce jour un article publié dans Médiapart avec lequel nous sommes pleinement d'accord

https://blogs.mediapart.fr/regisdesmarais/blog/051019/bruno-lasserre-la-demission-attendue

Pour en savoir plus

06/10/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire