Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La prochaine crise sera mondiale

L'auteur de cet article, qui a bien voulu que nous le republions et que nous remercions, est Jean Luc Basle. JPB pour Europe solidaire

Je pense que la crise actuelle fait suite à l'adoption du monétarisme et du néolibéralisme. Le premier a donné naissance à l'assouplissement quantitatif pratiqué par les banques centrales depuis la crise des subprimes. Le second a engendré la déréglementation et les privatisations – l'économie s'est libérée de la tutelle de l'état. L'état est désormais au service de l'économie, les banques centrales sont au service des marchés financiers. Par nature, le capitalisme étant sujet à des crises récurrentes, son émancipation ne fait qu'accroître le risque et la dangerosité de la prochaine crise. Elle sera d'ampleur puisque l'ensemble de l'économie mondiale sera touché, à la différence de la crise de 1929 qui n'affecta que les Etats-Unis et l'Europe. La seule question est sa date. Quand elle interviendra, l'état retrouvera sa fonction de sauveteur du capitalisme à la demande des responsables de la crise, comme en 2008... C'est la socialisation des pertes, et la privatisation des profits.

Cette primauté de l'économie sur l'état explique le traitement de la crise des subprimes aux Etats-Unis. Pas d'enquête, pas de Commission Pecora, pas de jugement, pas d'emprisonnement... Rien, sinon une loi de près de sept cent pages (The Dodd-Frank Act), illisible pour le commun des mortels à la différence du Glass-Steagall de 1933 (33 pages). La solution à cette crise résidait dans la nationalisation temporaire des grandes banques, le limogeage de leurs dirigeants, l'emprisonnement des coupables (comme en 1933), l'instauration d'un moratoire sur les prêts hypothécaires, la relance de la consommation par le relèvement du salaire minimum accompagné d'un abaissement de l'impôt sur les sociétés, et la réaffirmation de la prépondérance de l'état sur l'économie. Rien de tout cela n'a été fait. La crise des subprimes est toujours devant nous, mais à degré d'acuité supérieure.

En complément de cet article, je recommande celui d'Eric Toussaint : « Panique à la Réserve Fédérale et retour du Credit Crunch sur un océan de dettes ».

Jean-Luc Basle

05/10/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire