Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Le véganisme, choix de vie ou nécessité?

Comme l'on pouvait s'y attendre les différentes associations et entreprises qui militent en France pour la généralisation du véganisme ou alimentation excluant les protéines animales n'ont pas manqué de réagir aux déclarations dénonçant le risque pour la santé, notamment pour la croissance des enfants, que comporterait un recours systématique au véganisme ou végétalisme.

 

La ministre des solidarité et de la Santé Agnès Buzyn avait mise en garde le 13 juin 2019 contre les dangers résultant d'une alimentation sans viande, reposant exclusivement sur la consommation de produits d'origine végétale. Ceux-ci apparaissent aujourd'hui dépourvus de certaines protéines nécessaires à la croissance.. Repoussant ces critiques comme infondées, les végaliens ou végétaliens militant pour la généralisation de ce régime se sont bruyamment indignés. Ils annoncent avoir organisé une expérimentation de deux ans en restauration collective scolaire dans le cadre de la Loi n° 2018-938 du 30 octobre 2018 pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous.

Rappelons que le véganisme ou végétalisme intégral, est un mode de vie qui cherche à exclure  tout produit issu de  l'exploitation des animaux,  ou testé sur eux (cuir, fourrure, laine, soie, cire d'abeille, cosmétiques et médicaments testés sur des animaux ou contenant des substances animales)  que ce soit pour se nourrir, s'habiller ou pour tout autre but. Il fait en conséquence la promotion de solutions alternatives sans exploitation animale, ceci pour le plus grand bénéfice des humains, des animaux et de l'environnement.

Il est tout à fait légitime de recommander les régimes végétariens et véganiens ou de les pratiquer soi-même. Cette pratique est vieille de plusieurs siècles. Il est encore plus légitime de vouloir interdire les actes de cruauté à l'égard des animaux. Les véganiens considèrent que tuer un animal pour s'en nourrir ou pour tout autre usage commercial et industriel relève d'une pratique qui devrait disparaître. Cependant ceci peut surprendre alors que toutes les études concernant l'histoire de la vie montrent qu'il n'existe pas d'espèces animales susceptibles, comme le sont les espèces végétales, d'apparaître et se reproduire sans utiliser une autre espèce lui fournissant des éléments vitaux Faire du véganisme une philosophie que l'on cherchera à imposer aux enfants comme on le fait des religions est par contre surprenant. Ceci d'autant plus que des études scientifiques tout à fait estimables considèrent qu'une certaine dose de protéines animales est nécessaire au bon équilibre de la santé, santé des adultes et a fortiori santé des enfants en cours de croissance.

Ceci dit, il faut voir qu'aujourd'hui, la très grande majorité des quelques 7 milliards humains vivant ou survivant sur la planète ne peuvent absolument pas se nourrir à partir de protéines animales. C'est un luxe que se réserve l'infime minorité des plus riches. Les autres sont obligés de vivre à partir de céréales, telles que le riz ou le blé. Encore n'en ont-ils pas en quantité suffisante pour éviter une sous-alimentation fréquente. voire des famines. La situation s'aggravera encore dans la perspective d'une population mondiale de 10 milliards de personnes à la fin de ce siècle. Inutile de dire que compter sur la chimie pour fabriquer d'ici là des protéines animales de synthèse est dans ces conditions une utopie. Dans cette perspective le véganisme ne pourra plus seulement être considéré comme un choix philosophique mais comme une obligation de survie.

Ajoutons que dans la perspective du réchauffement climatique et de la raréfaction de l'eau potable en cours, les végétaux se feront de plus en plus rares, sur une planète se transformant progressivement en désert. Seuls devraient résister les organismes les plus simples, tels que les méduses dans les océans. Pour les autres, ce sera simplement survivre qui sera un luxe.

Pour en savoir plus, voir

* Article de Claire Armengaud sur infoguerre https://infoguerre.fr/2019/09/guerre-de-linformation-autour-lalimentation-vegane-vegetalienne/

https://fr.sputniknews.com/france/201906151041437741-agnes-buzyn-appelle-a-faire-attention-au-veganisme-chez-les-enfants-et-indigne-les-vegans/

* Journée mondiale du véganisme https://fr.wikipedia.org/wiki/Journ%C3%A9e_mondiale_du_v%C3%A9ganisme

Note au 01/10/2019

Il faut admettre que si l'on connaissait mieux les conditions dans lesquelles sont produites aujourd'hui les viandes, il serait difficile de s'en nourrir avec bonne conscience. Sur la viande de veau, très appréciée en France, voyez
https://www.liberation.fr/debats/2019/10/01/l-enfance-volee-d-un-veau_1754681

 

30/09/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire