Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Iran. Accord entre Boris Johnson et Donald Trump. Mais après ?

Comme l'on pouvait s'y attendre, à l'ONU, lors d'une rencontre informelle, le premier ministre britannique Boris Johnson a approuvé la position de Donald Trump sur l'Iran. Emmanuel Macron, bien qu'avec plus de prudence, a partagé le même point de vue.

Dans un communiqué commun, ils ont déclaré que l'Iran était responsable des attaques contre les installations pétrolières saoudiennes. En conséquence, selon eux, Téhéran devra s'abstenir de nouvelles provocations et rouvrir les négociations sur son programme nucléaire.

Ils ont accusé en effet lundi 23 septembre, l'Iran d'êtreà la source des attaques contre les installations pétrolières saoudiennes revendiquées officiellement par les « rebelles Houthis ». Ceux-ci avaient utilisé des missiles dits intelligents qui ne pouvaient que provenir d'Iran. Si le Royaume-Uni avait déjà fait part de ses soupçons, c'est la première fois que Paris accuse expressément Téhéran d'être responsable des attaques aériennes qui ont entraîné une flambée, au moins momentanée, des cours du pétrole.

En clair cela signifie qu'ils se rapprochent de la récente décision de Donald Trump qui avait décidé de se retirer de l'accord dit JCPOA au prétexte que l'Iran ne respectait pas ses engagements en poursuivant des recherches pour se doter d'une arme nucléaire. Le JCPOA, nommé aussi accord de Vienne sur le nucléaire iranien ou plan d'action conjoint est un accord signé à Vienne, en Autriche, le 14 juillet 2015, par les pays du P5+1, Allemagne, Chine, Etats-Unis France, Royaume Uni ainsi que par l'Union européenne et l'Iran.

Rappelons que le 23 septembre Emmanuel Macron s'était entretenu pendant une heure trente avec Hassan Rohani. Il n'avait pas directement accusé l'Iran d'être responsable de cette attaque. Il s'était borné à expliquer "la lecture française des attaques du 14 septembre" en Arabie saoudite. Il avait aussi indiqué que «  la voie de la désescalade était étroite mais plus que jamais nécessaire et que le moment était venu pour l'Iran de la prendre" . Hassan Rohani ne l »avait pas ouvertement contredit. 

La Grande Bretagne et la France vont-elles, elles aussi, se retirer du JCPOA, le rendant désormais sans objet ? On peut le penser. Mais quelles en seraient les conséquences ? Selon nous, celles-ci, en pratique, seraient nulles. Il serait inimaginable que les Occidentaux déclenchent une guerre contre l'Iran, sachant parfaitement que ceci pourrait provoquer un affrontement militaire avec la Russie. Vladimir Poutine a toujours affirmé en effet que l'Iran était une alliée stratégique de la Russie et que celle-ci ne la laisserait pas attaquer sans réagir.

Comme nous l'avons souvent indiqué ici, c'est Moscou qui est le véritable arbitre au Moyen-Orient. En ayant déclaré précédemment qu'il ne laisserait pas attaquer l'Iran,  il décourage à l'avance toute offensive sérieuse contre ce pays. Nul en effet, y compris en premier lieu Donald Trump, ne voudrait courir le risque de déclencher ce qui deviendrait vite une guerre mondiale.

Voir 
https://www.independent.co.uk/news/uk/politics/boris-johnson-trump-iran-deal-saudi-arabia-oil-attack-a9117521.html

 

24/09/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire