Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Les pirates ne sont pas ceux que l'on croit

Les Etats européens discutent actuellement de l'aide qu'ils apporteront aux pays du Sud pour lutter contre les émissions de CO2. Mais ceci fait oublier que la pire des menaces pour l'homme comme pour les autres formes de vie est la destruction sauvage des espèces naturelles.

Tout le monde s'y met, pays riches comme pays pauvres. Mais les premiers, avec les gros moyens dont ils disposent, tiennent la tête dans le piratage de la nature.

On s'indigne actuellement en France de voir des pirates somaliens s'en prendre aux chalutiers fileyeurs et senneurs armés en France et basés aux Seychelles. Ces pêcheries  dévastent l'océan indien afin d'y capturer ce qui reste de thons au profit du marché japonais, détruisant dans l'opération des milliers de tonnes de poissons réputés non vendables. La marine nationale, n'écoutant que son courage, embarque dorénavant des commandos sur ces chalutiers, pour les protéger des abordages. L'armateur du Drenec, un de ces chalutiers, s'est félicité de cette aide, qui lui est d'ailleurs sauf erreur accordée gratuitement.

Il n'est venu à l'idée de personne que les vrais pirates sont les gens de cet acabit. Les anciens pêcheurs somaliens, qui vivaient jusqu'alors de captures artisanales, n'ayant plus de ressources, sont tout naturellement portés à remplacer le filet par la kalachnikov. Qui leur donnerait tort. Dommage qu'ils ne soient plus nombreux.

C'est en tous cas ce que pensent les poissons. Au fond de l'océan, où ils sont assis, si l'on en croit la chanson, les survivants commencent à espérer un peu de répit. Mais ils se trompent. Le massacre continuera.  
30/10/2009
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire