Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La coopération militaire russo-chinoise dans le Pacifique-Sud se confirme.

Certains se demandaient si cette coopération en Europe du Nord ou dans l'Atlantique Nord, se retrouverait dans la zone asiatico-Pacifique

Là il pouvait sembler que la Chine serait seule à faire face militairement aux Etats-Unis. Comme cette région a toujours été considérée par ceux-ci comme faisant partie de leurs intérêts stratégiques, ils y mettent de plus en plus de moyens militaires pour contrer l'implantation grandissante de la Chine dans l'archipel des Spratleys.

Celle-ci considère cet archipel des Spratleys comme faisant partie de sa zone économique exclusive et y installé récemment trois iles artificielles qu'elle a doté de moyens militaires. Mais elle affirme que ceux-ci sont uniquement défensifs. Comme cependant ces iles sont voisines de la zone maritime où passe un tiers du commerce mondial, et se trouvent dans une région maritime où se trouvent d'importantes réserves en pétrole et en matière première, les Etats-Unis ont toujours contesté le pouvoir de fait que la Chine y exerce. Ils y envoient de plus en plus de moyens militaires navals et aériens. Inévitablement, des confrontations avec la marine américaine s'y produiront. La Russie, alliée de la Chine, mais relativement éloignée de cette zone, n'avait pas jusqu'à présent jugé souhaitable d'y affecter des moyens militaires en soutien de ceux de Pékin.

Les choses changeront désormais, comme l'indique le fait que la Russie et la Chine ont conduit le 23 juillet une patrouille commune de leurs bombardiers lourds en mer de Chine sud et en mer du Japon. De telles opérations se renouvelleront si nécessaire, ont indiqué conjointement Moscou et Pékin. Cette patrouille impliquait des bombardiers stratégiques russes TU-95MS et des H-64 chinois. Les bombardiers Tupolev dits aussi Bear au sein de l'Otan, sont anciens, car ils datent de la guerre froide. Mais ils sont parfaitement entretenus. Les H-64 ou  Xian H-6  sont des copies du Tupolev, autorisées par la Russie.

Selon le porte-parole accrédité du ministère de la défense chinois, ces patrouilles stratégiques se renouvelleront autant que nécessaire. Il a répété qu'elles n'auront pas de rôle offensif. Comme cependant les Etats-Unis réaffirment de plus en plus leur présence militaire dans cette région, au prétexte d'y garantir le liberté de circulation (FONOPs) il n'est pas exclu que des incidents pouvant dégénérer s'y produisent. Dans ce cas, la Chine devrait trouver la Russie à ses côtés, ce qui ne manquera pas de faire réfléchir les stratèges du Pentagone. 

 

04/08/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire