Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Boris Johnson

Boris Johnson répondra-t-il aux attentes du Parti Conservateur britannique ?

Le Parti Conservateur, qui porte en Grande Bretagne tous les espoirs des opposants au Parti Travailliste, pense que pour succéder à Theresa May Boris Johnson est le meilleur Premier Ministre possible. Johnson, plus pour sa faconde qu'il doit à son origine aristocratique que pour l'originalité de ses idées, lui paraît le mieux capable d'assumer désormais les fonctions de Prime Minister. en particulier les conditions de sortie de l'Union Européenne dénommée Brexit.

 Boris Johnson est un partisan du Brexit, mais surtout, il propose pour ce faire une stratégie plus agressive. Il a notamment assuré que le Royaume-Uni ne payerait pas la «facture» à savoir les engagements pris par Theresa May, si Bruxelles n'améliore pas l'accord actuel. Pour parvenir à ses fins, il n'hésite pas manier les menaces, en déclarant que son pays sortira de l'Union le 31 octobre, «avec ou sans accord».  

Par ailleurs, il est partisan d'une politique d'immigration beaucoup sévère que l'actuelle, alors qu'atteindre le Royaume Uni est l'objectif de dizaines milliers de migrants de par le monde. Les plus favorisés de ceux-ci s'entassent notamment sur la côte française de Calais avec l'espoir de passer la frontière, mais ils sont le plus souvent refoulés, ce qui provoque l'indignation d'organisations se disant humanitaires ou de l'ONU.

Johnson veut par contre sélectionner une immigration de personnes qualifiées, comme les scientifiques, mais ceux-ci proviennent généralement de l'Europe de l'Est plutôt que d'Afrique. Il est dans le même temps totalement opposé aux volontés d'indépendance relative qui se manifestent, notamment en Ecosse. Sur le plan social, il veut alléger le poids des impôts qui pèsent actuellement sur les plus riches. Il entend ainsi relever la dernière tranche d'imposition, faisant ainsi échapper à l'impôt un nombre plus élevé de contribuables riches.

Au plan international, il a l'intention de conserver ce qui a toujours fait des Britanniques de bons élèves des Etats-Unis, une dépendance complète à la politique de Washington, notamment en Europe du Nord mais surtout au Moyen-Orient (special relationship. Malgré certaines pressions, il ne diminuera pas le soutien militaire britannique à l'égard de l'US Army, quelque en soit le coût. La Russie reste, plus encore que la Chine, la grande puissance à combattre. Vis- à-vis de la France, malgré une certaine proximité de ses idées avec celle d'Emmanuel Macron, il veut garder toute ses distances. Une coopération plus étroite avec Paris, notamment au plan militaire, qui semblait avoir eu le soutien de Theresa May, n'offre pour lui aucune perspectives avantageuse.

Ceci dit, le Parti Conservateur, qui ne disposait qu d'une très faible majorité au Parlement, a encore perdu son siège lors d'une élection partielle dans la circonscription galloise de Brecon and Radnorshire, au profit du parti Libéral Démocrate. Ce dernier n'est pas aussi opposé à Boris Johnson que le Labour Party, mais il ne le suit pas aveuglément. Ceci encourage désormais les opposants au Premier Ministre au sein même du Parti Conservateur.

Comme cependant ces opposants ne proposent pas actuellement une politique claire, on peut penser que Boris Johnson ne rencontrera pas prochainement d'adversaires. Que fera-t-il de ce pouvoir ? Rares sont ceux qui se risquent actuellement à des pronostics. Peut-être ne fera-il rien. N'est pas Winston Churchill qui veut. 

 

 

02/08/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire