Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Le site des TAAF inscrit au patrimoine mondial de l 'UNESCO

Ce terme signifie Terres australes et antarctiques françaises. La France qui y exerce depuis longtemps sa souveraineté dispose à cet égard d'un avantage stratégique et scientifique que lui envient de nombreux Etats, les Etats Unis, ceux d'Afrique du Sud et l'Australie notamment.

Certes l'inscription dans la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO n'apporte pas de bénéfice immédiat, l'UNESCO ne disposant pas de budgets adéquats pour ce faire. Notamment elle constitue une distinction honorifique de grande valeur, recherchée par de nombreux pays. Elle entraîne en principe une protection du site contre des atteintes militaires et commerciales provenant d'autres pays, même si aucune autorité ne dispose des moyens nécessaires pour faire respecter cette protection.

Le site des TAAF inclut l'archipel Crozet, les îles Kerguelen, Saint-Paul et Amsterdam et s'étend sur près de 673.000 km², essentiellement marins, qui correspondent au périmètre de la réserve naturelle des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), l'une des plus grandes aires marines protégées à l'échelle mondiale, créée en décembre 2016 par Ségolène Royal, alors ministre de l'écologie. Il comptent la plus forte concentration d'oiseaux marins au monde, la plus grande diversité d'oiseaux et mammifères marins, des paysages volcaniques impressionnants et des eaux riches et diversifiées. Il s'agit du plus vaste bien inscrit au Patrimoine mondial. Elles sont quelquefois visitées par de courageux plaisanciers.

C'est le 45e site français classé au patrimoine mondial de l'Unesco et le plus vaste jamais inscrit : les Terres et mers australes française sont été retenues par les 21 États membres du comité réuni par l'UNESCO à Bakou début juillet 2019. À plus de 2.000 km de tout continent, situés dans des mers qui ne sont pas toujours de navigation facile, ces petites îles de trouvant au milieu de l'océan Austral constituent une oasis de vie pour de nombreuses  espèces à fort enjeu de conservation et menacées ailleurs qui viennent s'y reproduire.

L'archipel de Crozet est ainsi connu pour être la plus grande réserve naturelle d'oiseaux au monde. Les plus nombreux sont les manchots (à ne pas confondre avec les pingouins des terres arctiques) , mais l'on y trouve aussi une dizaine d'espèces d'albatros, des cormorans, des skuas, goélands, pétrels ou damiers du Cap. On peut également y observer des colonies d'éléphants de mer, phoques et otaries, qui y trouvent une nourriture abondante. Malgré son isolement, le site est pourtant menacé par l'introduction  d'espèces invasive et le réchauffement climatique. Une hausse du niveau les mers de plus d'1 mètre mettrait en péril un grand nombre de ces îles. 

La France ne peut y exercer une présence maritime et scientifique qu'à partir de l'île de la Réunion, située à 3.300 km au Nord. C'est le célèbre Marion Dufresne qui y assure les missions scientifiques et logistiques. Ceci signifie que la marine française n'a guère de moyens pour y empêcher les pèches non autorisées qui y prolifèrent, produisant de nombreux dégâts sur l'environnement marin et les espèces naturelles.


 

 

07/07/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire