Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La Chine encore suspectée de transplantation obligée d'organes humains

Un article du généralement très honnête New Scientist référencé ci-dessous rapporte qu'en Chine, le prélèvement d'organes humains chez des individus encore vivants en vue de transplantation se poursuivrait encore.

Avant 2010, ceci se faisait à partir de prisonniers politiques ou de droit commun sans évidemment leur consentement. L'on rapporte même que certains d'entre eux étaient exécutés pour en prélever des organes difficiles à obtenir chez un patient vivants. En 2015 le gouvernement chinois avait affirmé que cette pratique serait désormais interdite.

Une longue étude se disant scientifique qui vient d'être publiée sur le site SOCARCIV explique que le prélèvement obligé d'organes chez des humains non reconnus comme morts se poursuit encore en Chine. La preuve en serait le nombre anormalement élevé des transplantations déclarées par rapport au chiffre des donneurs ayant officiellement accepté d'être enregistrés comme tels, comme cela se fait dans de nombreux pays (soit 640 contre 30 en 2016). Ceci voudrait dire que chaque donneur volontaire pourrait fournir 21 organes chacun afin de transplantation, ce qui est médicalement impossible.

Le gouvernement chinois vient d'affirmer qu'en matière de prélèvement d'organes humains il se conformait strictement aux principes recommandés par l'Organisation Mondiale de la Santé. Mais un représentant d'Amnesty International vient d'indiquer en reconnaissant ne pas disposer de preuves précises à cet égard que le nombre considérable de prisonniers politiques provenant notamment de la minorité dite sécessionniste des Uighurs pourrait permettre de continuer, au moins à petite échelle, le prélèvement d'organes chez des prisonniers non volontaires. Certains internés du mouvement spirituel Falun Gong dit aussi secte Falun Gong pourchassé en Chine pourraient être encore victimes de ces pratiques.

Faut-il croire en ce domaine les sources occidentales dont l'on peut à juste titre mettre en doute l'objectivité quand il s'agit de la Chine ? A l'inverse peut-on faire confiance aveuglément aux protestations d'innocence de Pékin ?

Référence

https://www.newscientist.com/article/2206874-prisoners-in-china-are-still-being-used-as-organ-donors-says-inquiry/

05/07/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire