Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Hulot ouvre-il enfin les yeux concernant le rôle dévastateur du libre-échange sur le climat ?

Après s'en être pris à l'accord commercial UE-Canada, l'ancien ministre de la Transition écologique s'est élevé contre l'accord fraîchement conclu par l'UE avec le Mercosur. Il le considère comme "antinomique" avec la lutte contre le dérèglement climatique. Allant plus loin, il estime que le libre-échange est à l'origine de tous les problèmes écologiques 1) .

Ceci fait des années que les défenseurs du climat et plus généralement de l'équilibre écologique ont constaté que le plus grand nombre des atteintes à ceux-ci résultait d'initiatives des milieux d'affaires visant à augmenter leurs profits aux dépens d'un milieu naturel qu'ils n'hésitent pas à détruire. Les gouvernements à leur service ne font rien pour limiter leurs abus. Certes, d'ici la fin du siècle l'augmentation incontrôlables de la démographie africaine jouera un rôle. Il faudra bien nourrir les 4 milliards d'Africains attendus.

Néanmoins, on peut craindre que d'ici là les déséquilibres environnementaux résultant de l'action des pays dits riches n'aient réussi à transformer la planète en désert. Nulles politiques internationales consenties au plan de l'ONU ou en qui nous concerne l'Europe au plan de l'UE pour interdire des atteintes graves au climat ou aux grands équilibres biologiques ne seront entreprises. Elles coûteraient cher et dans l'immédiat ne rapporteraient rien.

Peut-on penser que Nicolas Hulot répondant à l'appel d'Emmanuel Macron pour gérer l'écologie au sein de son nouveau gouvernement avait été suffisamment naïf ou vaniteux pour penser qu'il pourrait jouer un rôle ? En tous cas, il a vite compris et a eu l'honnêteté de démissionner, ce que la plupart, sinon la totalité des ministres, ne feraient pas dans des cas semblables.

Mais lui suffit-il aujourd'hui de dénoncer le libre-échange ? Il faudrait proposer des solutions alternatives qui aient quelques chances d'être acceptées par les pays occidentaux dominants. On peut penser par ailleurs que la Chine, bientôt première puissance économique mondiale, ne fera rien non plus en ce sens, compte tenu des 600 millions de Chinois encore à peine au dessus du seuil de pauvreté et que Pékin se trouvera vite obligé d'écouter. Quant à l'Inde, elle aussi confrontée à ces exigences, accrues dorénavant par le sécheresse qui frappe le sous-continent, elle se limitera sans doute dans ses profondeurs à en appeler aux divinités.

Ce n'est pas seulement le libre-échange que Nicolas Hulot devrait dénoncer, c'est le refus criminel des gouvernements actuels de toutes politiques publiques en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique. Ainsi, on imagine sans peine ce que pourraient faire dans ce but les mille milliards annuels de dollars que l'Otan, et en premier lieu les Etats-Unis, consacrent à préparer une guerre contre la Russie 2). 
 

1) Voir https://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/ceta-ue-mercosur-au-nom-du-climat-hulot-en-guerre-contre-le-libre-echange_2087143.html

2) Sur ce thème, voir aussi De Defensa https://www.dedefensa.org/article/notes-sur-les-termites-de-lapocalypse

03/07/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire